Le Centre de Musique Baroque de Versailles propose une immersion dans le monde de la musique à la Cour de Versailles à travers l'histoire de sa Chapelle royale. Une exposition virtuelle et des podcasts, une expodcast, qui au-delà du néologisme, brille par la richesse de ses contenus.

Vue de la grande cour du château de Versailles, d'après Jacques Rigaud (1681-1754).
Vue de la grande cour du château de Versailles, d'après Jacques Rigaud (1681-1754). © CMBV

En coproduction avec France Musique, le Centre de musique baroque de Versailles invite les internautes à une expérience visuelle et sonore qui offre un voyage de plusieurs heures pour appréhender la musique baroque, la pratique de la musique autour du roi à Versailles, et l'histoire de cette chapelle royale. Quand on parle de la Chapelle Royale à Versailles, il s’agit de la chapelle conçue par l’architecte Mansart, à partir de 1687. 

Cet édifice abrite deux institutions :  la Chapelle oratoire, constituée des autorités ecclésiastiques de la cour et du personnel officiant de la messe ; et la Chapelle-Musique, qui réunit les musiciens, les chanteurs et le personnel nécessaire pour l’organisation des concerts. A la fin du règne de Louis XIV, il y a deux-cent musiciens pour interpréter musique profane ou sacrée. Le Maitre de la Chapelle-musique n’est pas musicien, car elle est dirigée par un ecclésiastique de haut-rang, et c’est le sous-maître qui est le “directeur musical” et compositeur en titre.  On a fait l'expérience de cet "expodcast" passionnant, et voici cinq trouvailles qu'on y a faites.

Pour le roi, toute heure a sa musique, même avant d'aller dormir

Louis XIV et la cour chassant près du château de Meudon entre 1695 et 1705. Tableau de l'école de Van der Meulen
Louis XIV et la cour chassant près du château de Meudon entre 1695 et 1705. Tableau de l'école de Van der Meulen / CMBV

Le programme quotidien de Louis XIV est d’une précision extrême, et la musique y est partout.  Chaque moment de la journée à Versailles était reconnaissable à la musique jouée. À 10h, la journée commence avec la musique de la messe, que jamais Louis XIV ne manqua. À 11h, si le conseil militaire qu’il dirige l’ennuie, Louis XIV interrompt ses ministres pour jouer du clavecin. 13h, déjeuner, accompagné éventuellement par la Bande des 24 violons ou d'airs chantés, puis à 14h cors et trompes résonnent car c’est l’heure de la chasse à courre. À 18h, ce n’est pas l’apéro au bar des amis, ni à la maison, c’est la Soirée d’appartement, en musique avant le souper, accompagné avec les dernières symphonies composées quand il s'agit d'une soirée particulière. Enfin, à minuit, il arrive que des musiciens soient requis pour accompagner le coucher du roi. Le choix des programmes est fait par les Sous-maitres de la Chapelle, et parfois par le roi lui-même qui avait ses préférences. 

15 musiciens enfermés pendant 6 jours pour savoir qui sera élu Sous-maître de la Chapelle  

L'orgue de la Chapelle Royale
L'orgue de la Chapelle Royale / CMBV

En 1683, le roi lance un grand concours de recrutement des Sous-maitres. Louis XIV veut engager quatre nouveaux musiciens. Trente-cinq candidats se présentent donc à Versailles. Quinze sont retenus après un premier tour. Pour les départager, ils sont enfermés dans des pièces séparées, avec du papier à musique. Ils ne sortent pas de cette loge, on leur apporte leurs repas à travers une trappe et ils ont 6 jours pour composer un motet sur un psaume imposé. Au final le roi choisit après avoir consulté quelques-uns de ses conseillers dont Lully, le Surintendant à la musique. 

Le grand motet, qu'est-ce que c'est ? 

Le motet est une forme vocale et musicale particulièrement prisée à Versailles aux XVIe et XVIIe siècle. Ce sont des pièces chantées avec des paroles religieuses. Pour les messes du roi ont été composés des motets à grand chœur, ou grands motets, sous l'impulsion du Surintendant de la musique Lully. Ils ont contribué à affirmer la grandeur et la piété du roi de France. "Régnait à l'époque une volonté d'affirmer un style français original et c'est par ce type de motet que Versailles y est parvenu. Nulle part ailleurs on chante de la sorte à ce moment là, c'est cette originalité et cette excellence que le Louis XIV attendait de ces Sous-maitres de la Chapelle royale", explique Nicolas Bucher, directeur du Centre de musique baroque de Versailles.

Plus forts que Jean-Sébastien Bach 

L’activité  de composition musicale des Sous-maîtres de la Chapelle du roi de  France est d’une rare intensité. Si Jean-Sébastien Bach est connu pour être un compositeur prolixe, parce qu'il composait près d'une cantate par semaine lorsqu’il est en  poste à Leipzig, il faut savoir qu'à Versailles, pendant le règne de Louis XIV, un demi siècle plus tôt, les musiciens composaient  de la musique pour la messe tous les jours. 

La Cour au rez-de-chaussée et les musiciens à l’étage 

Fresque qui surplombe la tribune de la Chapelle royale
Fresque qui surplombe la tribune de la Chapelle royale / CMBV

"C'est le même principe que pour le théâtre" raconte Nicolas Bucher, "la populace au parterre et l'aristocratie en hauteur, sauf qu'ici la populace c'est la cour".  Pendant les messes royales, les musiciens et les chanteurs se positionnaient donc à l’étage supérieur de la Chapelle, à la tribune de l’orgue, de part et d’autre de celui-ci. Le roi était au même niveau, en tribune, alors que la cour écoutait le concert en dessous, au rez-de-chaussée. Cette disposition suit le principe du déroulement de la messe. Le prêtre officiant, jusqu'au début du XXe, s'adressait à son public non pas dans son ensemble et à haute voix, mais à chaque personne individuellement. Pendant  ce temps, assez silencieux, et pour faire patienter les autres, on jouait de l'orgue, au-dessus de l'autel. La musique jouée dans la Chapelle royale pendant la messe correspond donc à cela, avec cette particularité que le roi était placé de telle sorte qu'il ne voyait que les musiciens. 

10 km d’embouteillages à Versailles 

Jusqu’en 1682, la musique de la Chapelle, est une fonction, une institution, qui n’a pas pignon sur rue. La musique est là où le roi se trouve. Donc les musiciens se déplacent à sa suite, même en campagne militaire. Les musiciens et toutes les personnes concernées sont donc en déplacement dans dizaines de carrosses qui voyagent en permanence entre Fontainebleau, Saint-Germain en Laye, Chambord ou Marly. Au-delà du cortège nécessaire à la musique, quand la Cour se déplace dans le sillage du roi, le cortège des carrosses et chariots, peut s’étaler sur 10 kilomètres. 

Faites l'expérience : Musique et musiciens à la Chapelle royale  ou bien retrouvez la liste des podcasts sur France Musique