En cette fin 2019, la vie connectée fait son bilan décennal. Il y a dix ans, le smartphone se démocratisait en France. Qu'en avons nous fait ? Tout ou presque. On y a vu passé beaucoup de choses futiles ou inquiétantes.

Il se vend chaque année environ 1,5 milliard de smarphones dans le monde
Il se vend chaque année environ 1,5 milliard de smarphones dans le monde © Getty / .

Réveil, agenda, carnet de notes, album photos, il ne manque plus que le café. Avec cet appareil, nos vies connectées ont changé. Il a fait la fortune de quelques chanceux, opportunistes ou narcissiques. Le smartphone l'emporte largement sur la tablette, lancée pile en 2010. En dix ans, 1,4 milliard de tablettes ont été vendues dans le monde, fabriquées par Apple ou ses concurrents. Une miette à coté du marché du téléphone mobile. 300 millions d'appareils vendus en 2010, et environ 1,5 milliards par an depuis 2016. Apple se taille plus de la moitié de ce marché.

> Ecoutez la Vie connectée du 21 décembre 2019

3 min

Dix ans de smartphone, toute une vie connectée

Par Christine Siméone

Candy Crush, Pokemon Go ou Fortnite ? 

Le jeu Candy Crush Soda Saga aurait généré plus de 2 milliards de dollars de revenus depuis son lancement en 2014. Mais il est loin derrière le succès de deux autres jeux, Clash of Clans et Monster Strike, en terme de recettes. En nombre de téléchargement, Candy Crush est derrière Subway Surfers, le plus populaire cette année dans le monde.

Pokemon Go vient de lancer une option "aventure entre copains". Mais souvenons-nous de la déferlante des Pokémon en réalité augmentée, en 2016. Ils restent parmi les dix jeux les plus lucratifs de 2019, même s'ils sont sortis du top 10 des téléchargements de cette année. Qui a gardé la photo souvenir de Pikachu, Mew-Two, ou Dracofeu dans son jardin, sa salle de classe, ou au stade ? 

Après ce carton commercial, Fortnite est venu cassé les graphiques de tendances. Epic Games a lancé sa petite bombe videoludique le 21 juillet 2017. Outre le fait que, depuis sa sortie, votre enfant de 8 ans s'est mis à danser, et répertorier un certain nombre de mouvements, on retiendra ici d'autres particularités de Fortnite. Fortnite est gratuit. On gagne de l'argent en jouant, et on le dépense pour améliorer ses avatars à l'intérieur du jeu. Fortnite n'est pas téléchargeable sur les smartphones équipés du système Android (conçu par Google-Alphabet), car Epic Games refuse de reverser à Google une partie des transactions, soit 30%. Epic Games a décidé de dénoncer l'abus de position dominante de Google. 

Facebook, maître des fuites

Facebook est partout dans nos smartphones, sauf sur Snapchat. La firme de Mark Zuckerger, secouée ces derniers temps par le scandale Cambridge Analytica, s'est rendu maître des messageries Messenger et WhatsApp, ainsi que d'Instagram. Ce sont les réseaux les plus téléchargés sur Android et iOS lors de cette décennie. Voilà de quoi engranger des milliards et des milliards de renseignements sur les individus. 

Questions fuites des données, Facebook est aussi un incontournable de la décennie. Après le scandale Cambridge Analytica, et l'aveu de monétisation des données personnelles à des fins publicitaires, on a bien compris que ses serveurs sont des passoires. En septembre, des numéros de téléphone liés à plus de 400 millions de comptes Facebook se sont retrouvés en ligne, à la merci du premier mauvais esprit venu, d’après le site américain TechCrunch. Cette semaine, on apprend que Facebook aurait laissé filer les données de 267 millions de ses utilisateurs sur des forums de hackeurs, d'après nos confrères du journal Le Monde

Avec le big data, ton téléphone est ton meilleur espion

Je sais, il faut dire "données de masse en français", plutôt que big data. Le mot big data serait apparu en anglais dans un article scientifique de 1997. Il existe parce que les capacités de stockage ont suivi une croissance exponentielle. Big data est un enfant de la décennie précédente, mais ses conséquences, c'est Edward Snowden qui les a le mieux dénoncées en 2013. L'américain a révélé les programmes de surveillance de masse opéré au profit du gouvernement américain. Et c'est avec les smartphones que ces phénomènes peuvent prendre toute leur ampleur. Pour preuve, les dernières révélations du New York Times. 

Le téléphone mobile est devenu notre meilleur espion. Des dizaines de millions d'utilisateurs, y compris des mineurs, naviguent toute la journée avec un mouchard dans leur poche. On savait déjà que l'on pouvait facilement être surveillé par ses parents ou son conjoint. Mais pire encore, comme viennent de le révéler les deux enquêteurs du New York Times, les données de localisation sont recueillies par des entreprises spécialisées, grâce à des logiciels glissés dans les applications des téléphonies mobiles. A partir de ça, ces entreprises ont un œil sur les personnes que vous fréquentez, les lieux où vous consommez, priez, vous fournissez en méthadone, ou bien consultez un psychiatre. Lever l'anonymat des données de localisation est un jeu d'enfant.

Netflix est dans la poche, et Scorsese s'y sent à l'étroit

Netflix a été créée en 1997, quelques mois avant Google. Mais Google est entré dans nos vies quotidiennes en France bien avant Netflix, qui n'a envahi les foyers français qu'en 2014. Même si Martin Scorsese en personne le déconseille, un tiers des clients Netflix regardent les films sur smartphone, et y compris son dernier film, The Irishman. Mieux encore, Netflix teste en ce moment, la lecture accélérée des séries sur Androïd, et le téléchargement automatique de contenus recommandés, directement sur la mémoire interne de votre appareil, afin que l'on puisse voir des films même hors connexion. Actuellement c'est sur les visionnages sur téléphone que Netflix engrange les plus grosses progressions de chiffres d'affaires.

L'heure est venue pour Tik tok

Le dernier succès de la décennie, c'est Tik Tok auquel vous n'aurez pas échappé non plus. L'application chinoise de partage de vidéos est la troisième la plus téléchargée dans le monde cette année. Les moins de 20 ans et les tous petits dès 8 ans ne peuvent plus s'en passer. Créé en 2016, l'appli est arrivée en force en 2018 chez les ados français, qui y partagent des freestyle, des chorégraphies, des imitations, reprises, trucs ou astuces. C'est un lieu spécifique pour les moins de 20 ans. 

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.