Trois ans après les attentats de Paris et de Saint-Denis et leurs 130 morts dont 90 au Bataclan, dans le XIe arrondissement de la capitale, ce quartier festif a toujours du mal à panser ses plaies. Notamment pour les établissement situés à proximité de la salle de concert.

Pascal est le gérant de l'Apérock.
Pascal est le gérant de l'Apérock. © Radio France / Thibault Lefrèvre

L'Apérock est un petit bar sombre, exigu, sur deux étages, avec un baby-foot, des disques vinyles accrochés au plafond, des tickets de concert collés au mur et, comme son nom l'indique, une programmation musicale très rock.

Un bar de file d'attente qui ne fait plus le plein, selon son gérant depuis plus de 10 ans, Pascal : "Le Bataclan est revenu mais avec une programmation beaucoup plus légère. Ce n'est plus la même fête. Avant ici, les clients pouvaient boire quatre verres avant d'aller au Bataclan, là on est plutôt sur un seul verre ou pas de verre du tout. Ce n'est pas du tout la même activité que l'on avait avant, dans la file de concert."

L'Apérock Café est situé juste à côté du Bataclan, boulevard Voltaire
L'Apérock Café est situé juste à côté du Bataclan, boulevard Voltaire © Radio France / Thibault Lefèvre

Pascal a perdu deux tiers de son chiffre d'affaire la première année, puis il est remonté petit à petit en changeant de stratégie. Dans sa promotion, il a par exemple arrêté de mentionner la proximité de la salle de concert, il a aussi ouvert le bar à des soirées privées. Des efforts qui ont sauvé les effectifs, mais qui n'ont pas permis de passer à autre chose.

Aujourd'hui, le fond de commerce de l'Apérock est à vendre : "Je trouve qu'il y a une menace permanente, que finalement, ce n'est pas encore guéri tous ces attentats. Quand on entend une sirène, on se dit, c'est en train de chauffer quelque part, et direct, on se replonge dans cette période d'attentat. C'est pour ça que j'ai envie de partir."

Pascal envisage d'ouvrir un nouveau bar à Lyon, un ancien garage qu'il souhaite rénover, toujours dans un esprit rock.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.