[scald=112449:sdl_editor_representation]PARIS (Reuters) - Treize organisations de magistrats, de policiers, de personnels judiciaires, de psychiatres et de victimes ont publié vendredi 90 propositions pour améliorer le fonctionnement de la sécurité en France, dans l'optique de l'élection présidentielle.

Un nouveau statut pour rendre les procureurs indépendants de l'exécutif, une réforme du Conseil supérieur de la magistrature, des réorganisations territoriales, le rétablissement de la gratuité de l'accès à la justice et l'amélioration de l'accueil figurent parmi les idées des signataires.

"Les fonctions de police et de justice doivent demeurer des missions régaliennes de l'Etat, qu'il ne peut déléguer à des partenaires privés sans un contrôle essentiel et réel, et qu'il doit absolument permettre de manière égalitaire à l'ensemble des citoyens", lit-on dans le texte commun.

Les 13 organisations, dont l'Union syndicale des magistrats (USM, majoritaire), l'Association française des magistrats instructeurs (AFMI), le Syndicat national des officiers de police (SNOP), les syndicats des greffiers, de traducteurs, de psychiatres, de directeurs de prison, d'agents de probation se prononcent contre la multiplication des lois et demandent "la suppression de lois obsolètes ou redondantes".

Ils se prononcent pour une meilleure rémunération des expertises et contrôle de leurs auteurs, une limitation de la psychiatrie et l'abandon des objectifs de performance chiffrés.

Ils demandent à l'Etat de conserver la mission régalienne de la justice et de ne pas se dessaisir en partie sur les polices municipales ou le secteur privé comme les prisons.

Ces propositions ont été approuvées par l'équipe du candidat socialiste, François Hollande, dans un communiqué d'André Vallini, chargé de ces dossiers.

"Les organisations professionnelles et syndicales du monde judiciaire ont exprimé aujourd'hui leur souci de voir la justice inscrite au cour de la campagne présidentielle. Elles ont raison. François Hollande est le seul candidat à ce jour qui ait présenté un programme complet et cohérent en matière de justice", écrit-il dans un communiqué.

Thierry Lévêque, édité par Gilles Trequesser

Mots-clés :
Articles liés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.