Un manifestant a été très grièvement blessé samedi midi à Paris, dans le cortège parisien des "gilets jaunes", pour le 13e samedi de mobilisation. Il a eu la main arrachée, alors que de vives tensions avaient lieu près de l'Assemblée nationale.

La manifestation des "gilets jaunes" à Paris, le samedi 9 janvier 2019.
La manifestation des "gilets jaunes" à Paris, le samedi 9 janvier 2019. © AFP / Zakaria ABDELKAFI

La situation était tendue, à la mi-journée, autour de l'Assemblée nationale à Paris. Un cortège de plusieurs milliers de personnes s'est approchée du bâtiment, pour ce 13e samedi de mobilisation des "gilets jaunes". Un journaliste de Radio France a relevé des inscriptions comme "Qui ne casse rien n'a rien" ou "Castaner en prison" sur les murs du ministère des Affaires étrangères. C'est aux abords de l'Assemblée qu'un manifestant à eu la main arrachée, selon les informations rapportées par l'Agence France Presse (AFP). 

"Il n'avait plus grand chose au-dessus du poignet"

Selon un témoin de la scène, interrogé par l'AFP, c'est "une grenade de désencerclement", lancée par les forces de l'ordre, qui aurait blessé grièvement la victime à la main. "Visiblement, les gendarmes étaient acculés. Le manifestant aurait pris une grenade à la main pour la relancer", a déclaré à l'agence Reuters une source policière. "Quand les flics ont voulu disperser les gens, il a reçu une grenade de désencerclement au niveau de son mollet, il a voulu mettre un coup de main dedans pour ne pas qu'elle explose vers sa jambe et elle a pété quand il l'a touchée" a affirmé un témoin de la scène. 

"C'était pas beau, poursuit le témoin interrogé par l'AFP. Il hurlait de douleur, il n'avait plus aucun doigt, il n'avait plus grand-chose au-dessus du poignet." La victime serait un "photographe 'gilet jaune'" qui prenait des clichés des manifestants qui tentaient de pousser les palissades qui protègent l'entrée l'Assemblée. Il aurait d'abord été secouru par les "street-medics", secouristes volontaires présents sur la manifestation, puis par les pompiers qui l'ont évacué. 

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.