Hashtags revendicatifs, "casserolades", défilé de Playmobil ou cornemuse qui improvise l'Internationale... Malgré le confinement, citoyens, militants et politiques ont célébré avec ardeur le 1er mai sur les réseaux sociaux. Sous l'œil de France Inter.

Les internautes ont rivalisé d'ingéniosité pour célébrer tout de même le 1er mai.
Les internautes ont rivalisé d'ingéniosité pour célébrer tout de même le 1er mai. © Captures d'écran

En ce 1er mai exceptionnel, ceux qui souhaitent célébrer les travailleurs tout en restant confinés n'ont pas manqué d'imagination. Les hashtags, avatars, vidéos et photos publiées sur les réseaux sociaux, ont remplacé les habituels slogans scandés dans la rue et les longs cortèges syndicaux. Pour être entendus, les manifestants virtuels ont même porté le hashtag #1erMai en top des tendances Twitter toute la journée.

08H - le président réveille tout le monde

Twitter s’éveille. Emmanuel Macron prends la parole dans une vidéo sur ce 1er mai 2020 qui “ne ressemble à aucun autre". Le chef de l'État évoque “cette volonté forte : retrouver dès que possible les 1er mai joyeux, chamailleurs parfois, qui font notre Nation”.

Les réactions ne se font pas attendre. Un utilisateur partage en réponse à la vidéo une banderole “Macronavirus, à quand la fin ?”, banderole du même type que celle qui avait valu à des colocataires toulousains d’être auditionnés par la police.

Le tweet le plus “liké”, sous la publication du président de la République, est celui du journaliste Taha Bouhafs, notamment connu pour avoir filmé les violences d’Alexandre Benalla le 1er mai 2018 sur un couple de manifestants. “Alors, dégoûté de pas pouvoir faire gazer des travailleurs et des travailleuses comme tu l’as fait chaque année depuis le début de ton quinquennat ?”, tweete-t-il avec des images de gaz lacrymogènes utilisés par les forces de l’ordre qu'il a filmées le 1er mai 2019.

Côté réactions politiques, la sénatrice Europe Ecologie - Les Verts Esther Benbassa se fend d’un tweet au vitriol : “Notre Président regrette les #1erMai "chamailleurs" et "joyeux". Il n'a pas froid aux yeux pour faire un tel discours un jour pareil. #Lunaire, je vous dis. A-t-il oublié les coups de matraques, les tirs de #LBD et les #lacrymos des dernières "fêtes" des travailleurs ? Nous pas.”

10H - Un rassemblement de bonbons ou de Playmobil

Les “chamailleurs”, justement, usent de moyens originaux pour ressentir la ferveur de ce grand rendez-vous. Rassemblement de bonbons organisé par ce membre du parti Place Publique, affublés de pancartes “du fric pour l’hôpital public” ou encore “la retraite avant l’arthrite”. Manifestation de Playmobil dans cette vidéo, celle-là ou encore celle-ci relayée par le syndicat CGT Cheminots de la région PACA, sur fond d’Internationale.

10H30 - Le FN commémore Jeanne d'Arc IRL

Pendant ce temps-là, l'opposition s'invite sur le web. Marine Le Pen, présidente du Rassemblement National, tweete des photos d’elle-même et du porte-parole du RN Jordan Bardella, masqués, qui déposent une gerbe au pied de la statue de Jeanne d’Arc dans le 1er arrondissement de Paris.

Quelques minutes plus tard, coup d’envoi du “1er mai en ligne” du Rassemblement national, qui a prévu le coup sur les réseaux sociaux : un “live” sur Facebook et Youtube avec des vidéos enregistrées de membres du parti. Ambiance bucolique pour Louis Aliot, député RN des Pyrénées-Orientales, depuis son jardin avec chant d'oiseaux en fond sonore. Puis Jordan Bardella, porte-parole du parti, plus sobre sur fond blanc, qui répond à des questions d'internautes. Sans oublier une vidéo “compilation” de toutes les fois où le gouvernement a affirmé qu’il n’était pas nécessaire de porter des masques, au début de la crise.

11H - L'Internationale jouée à la cornemuse à Lyon

Et au même moment, vidéo improbable d’une personne qui joue l’Internationale à la cornemuse dans les rues désertes de Lyon...

12H00 - La France Insoumise sort les "casserolades"

À 11h30, au tour de la France Insoumise de rentrer dans la danse des réseaux sociaux. “La lutte pour la diminution du temps de travail restera l'axe sur lequel nous continuerons à nous battre tout le temps”, tweete le parti, avec une vidéo qui retrace les origines historiques de la journée du 1er mai :

Puis à 12h, le 1er mai de la France Insoumise se veut bruyant. Aux fenêtres résonnent quelques tentatives de “casserolades”, à l'initiative par LFI. Elles restent isolées, malgré l’énergie déployée par les participants. Aux premiers desquels, évidemment, des députés de la FI comme Danielle Simonet ou Alexis Corbière.

Un soutien d’Emmanuel Macron ne s’est donc pas fait prier pour pointer l’échec selon lui de cette opération par un tweet moqueur. Il poste une vidéo tournée à Rennes, plongée dans le silence à midi, accompagnée de cette pique adressée aux Insoumis : “Ils vont compter les oiseaux parmi les participants ?”. En tous cas, si l’on en croit ces images du 20e arrondissement de Paris, ou celles-ci à Montreuil, dans certains quartiers la vaisselle était bien de sortie.

13H - Muguet et ateliers pancartes

Dans le même temps, un peu de silence et de douceur sur Instagram, envahi de muguet. On s’offre virtuellement quelques brins trouvés dans le jardin. Faute de pouvoir en vendre dans sa boutique parisienne, un fleuriste nous tend un bouquet.

Le hashtag #PourLeJourDaprès commence lui aussi à fleurir, encouragé par plusieurs associations, collectifs et syndicats. Accompagné des photos de pancartes improvisées, comme celle-ci, tenue à bout de bras par une licorne, qui rêve d’un “futur féministe, écologique et social”, ou celle-là, brandie par spiderman qui exhorte au “zéro pollution”. De mini-cortèges confinés se déroulent parfois en famille, comme celui du porte parole national de la Confédération paysanne réclamant une revalorisation des métiers d’utilité publique, ou celui de cette militante de Greenpeace, qui appelle de ses vœux une planète “sans pétrole”.

Une feuille, un morceau de carton, un chat ou bien une banderole pour les mieux équipés... Tous les supports sont bons pour écrire un slogan en cette fête du travail. Ces pancartes sont répertoriées sur le compte Twitter "Fenêtres en lutte". On y réclame "des sous pour l'hôpital et la recherche", "plus de solidarité", "plus de services publics", "plus de respect des salariés"... 

13H30 - Le 1er mai dans toutes les têtes poilues d'Animal Crossing

Quand soudain, aux alentours de 13h30, l'hymne de l'URSS est entonné par Maria, une joueuse d'Animal Crossing - jeu vidéo extrêmement populaire qui permet de s'évader sur une île paradisiaque. On est aussi ravi d'apprendre qu'un autre adepte d'Animal Crossing est lui parvenu à faire pousser son premier pied de muguet, en cette date symbolique. Et puis, il y a celui qui a pris le temps de fabriquer ses pancartes ("vive la grève", "semaine de 30 heures") pour manifester en solitaire, et en pixels.

13H45 - 2000 manifestants virtuels recensés en Île-de-France

Pendant ce temps, les manifestations essaiment partout en France mais virtuellement, sur l’application Manif.app, qui permet grâce à un avatar de scander des slogans sur une carte semblable à Google Maps. À 13h45, presque 2000 manifestants recensés en Île-de-France, 227 à Saint-Etienne, 150 à Bordeaux et à Nantes… À coup de slogans comme “Journée des travailleurs, on est toujours là”, “Pas de République sans services publics” ou “Pour une planète verte.”

Des manifs virtuelles un peu partout en France grâce à une appli.
Des manifs virtuelles un peu partout en France grâce à une appli. / Capture d'écran Manif.app

Certaines pages Facebook ne sont pas en reste, et se mobilisent tout au long de l’après-midi. C’est le cas de la page de “gilets jaunes” intitulée “Cerveaux non disponibles” (250 000 adhérents), qui a créé à l’occasion du 1er mai un album collaboratif, pour recenser des photos d’internautes manifestant confinés depuis chez eux.

16h - Nicole Ferroni défile dans un champ de fleurs

Allez, on termine sur une note champêtre avec une humoriste que l'on connaît bien à France Inter : Nicole Ferroni, qui a décidé de célébrer à sa façon le 1er mai entourée de fleurs, capuche sur la tête. "Si on a envie de faire des manifs de fleurs, ça marche aussi, ok ?" Argument validé.

N'empêche, ça n'aura pas suffit à consoler cet internaute qui regrette l'absence de l'iconique merguez en fin de cortège.

18h - Le secrétaire national du PCF prend la parole

Retour à la politique. Après les opérations du Rassemblement National et de la France Insoumise, au tour du Parti Communiste de s'exprimer par la voix de son secrétaire national, Fabien Roussel, qui prononce à 18h un discours en direct sur les réseaux sociaux. "Un 1er exceptionnel où nous disons avec force que ce n'est pas au peuple de payer le prix fort de la pandémie et de la crise économique", martèle-t-il, tout en saluant les millions de salariés mobilisés.

Le PCF qui avait aussi lancé son hashtag sur Twitter, #MasquésPasMuselés. Un hashtag dont se sont volontiers emparés les militants : 

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.