En 2018, même si la parole a été libérée grâce à l'émergence des mouvements #MeToo et #BalanceTonPorc, de nombreux événements allant à l'encontre des droits des femmes se sont produits. Rétrospective.

La footballeuse Ada Hegerberg a eu droit à son moment sexiste lors de la cérémonie de remise du Ballon d'or
La footballeuse Ada Hegerberg a eu droit à son moment sexiste lors de la cérémonie de remise du Ballon d'or © Maxppp / YOAN VALAT

Les femmes dans le cinéma

- L'année a mal démarré en ce qui concerne les droits des femmes. Le 9 janvier, Le Monde publie une tribune signée par un collectif de 100 femmes, dont Catherine Deneuve et l'ex-actrice porno Brigitte Lahaie. Cette tribune est intitulée "Nous défendons une liberté d'importuner, indispensable à la liberté sexuelle".

On peut notamment y lire : 

Le viol est un crime. Mais la drague insistante ou maladroite n’est pas un délit, ni la galanterie une agression machiste. 

S'ensuit une polémique, alimentée notamment par Brigitte Lahaie, qui affirme sur BFMTV que "l'on peut jouir lors d'un viol".

Catherine Deneuve aura beau présenter ses excuses dans Libération, pour avoir heurté avec cette tribune, le mal est fait. Jusqu'au New York Times qui rappelle que "seulement un jour après le soutien de Hollywood au mouvement #MeToo aux Golden Globes, une actrice célèbre de l'autre côté de l'Atlantique signe une tribune pour dénoncer le mouvement"(...) "Les Français se targuent d’apprécier un art de la séduction et du flirt peu apprécié des Américains. Et la résistance au "politiquement correct" est portée en haute estime non seulement par les intellectuels de droite, mais aussi par une partie de ceux de gauche".

- Autre temps fort de l'année : la plainte pour viols de Sand Van Roy contre Luc Besson. C'était en mai 2018. L'actrice, qui a notamment joué dans Valerian et Taxi 5, affirme que Luc Besson l'a agressée sexuellement à plusieurs reprises. Elle dit même que la dernière fois, dans la chambre du Bristol, un hôtel chic parisien, a été la fois de trop...

Sand Van Roy ne regrette pas. Pourtant son témoignage contre le réalisateur/producteur a déclenché de multiples attaques sexistes. Elle est la cible de rumeurs, relayées dans la presse, comme un article du Point affirmant qu'elle est une ancienne call-girl. Sand Van Roy accuse l’hebdomadaire d’avoir porté atteinte à son honneur et annonce porter plainte. Sand van Roy sait que sa carrière au cinéma en France est compromise depuis son témoignage. 

Au total, neuf femmes dénoncent des attitudes déplacées, voire des agressions sexuelles de la part de Luc Besson. L'enquête suit son cours. Luc Besson a été confronté en décembre à son accusatrice Sand Van Roy. 

Les femmes dans la pub

Le dernier exemple en date dans ce domaine est la publicité pour la marque de lingerie Aubade, affichée en format géant sur l'immeuble des Galeries Lafayette à Paris. 

Un débat s'engage sur les réseaux sociaux : une publicité pour de la lingerie peut-elle montrer une telle photo? Pour preuve ce tweet de l'adjointe au maire de Paris chargée de l'égalité femmes-hommes :

De leur coté, et à l’initiative du CSA, l’Union des annonceurs (UDA) mobilise les acteurs du secteur de la publicité contre les stéréotypes sexuels, sexistes et sexués. En mars 2018, ils signent ensemble une charte par laquelle ils s’engagent à agir contre ces stéréotypes. Mais le chemin reste long.

Les femmes dans le sport

S'il est un domaine où les femmes doivent jour après jour conquérir la place qu'elles méritent au prix d'efforts incommensurables, c'est bien celui du sport. Certes, 2018 est marquée par la diffusion en direct et en intégralité des derniers matches de l'Euro de l'équipe de France féminine de handball. Certes, c'est la première année que le Ballon d'or de foot est remis à une femme. Mais l'événement est gâché par un propos sexiste : lors de la remise du trophée à la joueuse norvégienne de l'Olympique lyonnais Ada Hegerberg le 3 septembre, le DJ Martin Solweig lui pose cette question sur scène : est-ce que tu sais twerker (le twerk étant une danse sexuellement très évocatrice où la femme remue les fesses et se frotte à son partenaire) ?

La footballeuse répond non, décontenancée. La question de Martin Solweig déclenche un séisme sur les réseaux sociaux. Le DJ s'excuse. 

- Le tennis est-il sexiste ? La question peut se poser après les événements qui ont émaillé l'année, notamment en France.

Serena Williams à Roland Garros en 2018
Serena Williams à Roland Garros en 2018 © AFP / CHRISTOPHE SIMON

Dans une interview à Tennis Magazine, le président de la Fédération française, Bernard Giudicelli, annonce en effet qu'il n'acceptera plus certaines tenues vestimentaires à Roland-Garros, comme cette combinaison noire portée par Serena Williams cette année.

De son coté, la joueuse a expliqué que sa combinaison était meilleure pour sa circulation du sang, mise à mal par sa grossesse et son accouchement. 

Les femmes dans l'espace public

- 2018 est l'année de l'agression de Marie Laguerre, étudiante de 22 ans, et du procès de son agresseur. 

Fin juillet, la jeune femme marche dans la rue à Paris lorsqu'un homme passe près d'elle en faisant des remarques sur sa tenue vestimentaire et en reproduisant des bruits salaces.

J'ai donc lâché un "ta gueule" en traçant ma route. Car je ne tolère pas ce genre de comportement.

L'homme lui jette un cendrier dessus, puis revient vers elle et lui assène un violent coup au visage, comme en témoignent les images de la vidéosurveillance fournies à la police par le patron du bar tout proche. 

Le 4 octobre, l'auteur de l'agression - un homme de 25 ans - est jugé et condamné à 12 mois de prison ferme dont six avec sursis par le tribunal correctionnel de Paris. Il a aussi été condamné par le tribunal correctionnel de Paris à verser 2 000 euros à la victime pour préjudice moral.  Il devra suivre des soins psychologiques, trouver du travail, suivre un stage de responsabilisation et de prévention aux violences sexistes, et a pour interdiction de rentrer en contact avec la jeune femme. 

- On ne compte plus les dénonciations d'agressions sexuelles dans les transports en commun. Exemple avec cette femme de 35 ans qui filme son agresseur :

Après la publication de sa vidéo sur Twitter, elle est très vite contactée par un policier de la Sûreté régionale des transports qui l'incite à prendre contact avec son service. 

Une enquête est lancée et un homme est interpellé à la gare de Val-de-Fontenay (Val-de-Marne) et placé en garde à vue.                      

Les femmes et la justice

2018, c'est l'année du procès Tron. Jugé en octobre devant la cour d'assises de la Seine-Saint-Denis pour viols en réunion et agressions sexuelles commises sur deux femmes employées de la commune, l'ancien secrétaire d'État (et actuel maire LR de Draveil dans l'Essonne) est acquitté.

Les féministes sont sous le choc : 

La plaidoirie de l'avocat de Georges Tron, Éric Dupond-Moretti restera comme un exemple de plaidoirie sexiste : "C'est bien que la parole des femmes se libère, mais vous préparez un curieux mode de vie aux générations futures. Mesdames et messieurs les jurés, si votre fils touche le genou d'une copine dans sa voiture, c'est une agression sexuelle, ça ?". L'avocat se souvient avec nostalgie alors des slows, à l'époque "où il était jeune homme".

Mais il y aura un deuxième procès Georges Tron : cinq jours après l'acquittement, le parquet général annonce faire appel.

Les femmes à la télé

- Le concours Miss France affiche cette année son "féminisme". En clair : pour la première fois de son histoire, les jurés sont exclusivement féminins. 

Sauf que derrière cet affichage se cache une réalité allant à l'encontre de l'émancipation des femmes : le mouvement Osez le féminisme rappelle par exemple que  le concours reste basé sur le physique, la minceur, imposant aux jeunes filles des standards que peu peuvent atteindre. Une polémique naît aussi sur les réseaux sociaux après l'apparition furtive à l'image, pendant la retransmission sur TF1, de plusieurs Miss seins nus dans les vestiaires.

► LIRE | Miss France, un concours "sexiste qui ne représente pas les aspirations des femmes"

- Quand Marlène Schiappa a affaire au manterrupting et au mansplaining.

Nous sommes le 1er juillet 2018. La Secrétaire d'État chargée de l'Égalité entre les femmes et les hommes est l'invitée politique de l'émission de Laurent Ruquier On n'est pas couché. 

Sur le plateau, Jean-Claude Van Damme. En quelques minutes, l'acteur applique toutes les règles du parfait sexiste : il l’interrompt à plusieurs reprises (manterrupting) et lui donne une leçon de "savoir" (mansplaining). Sans oublier ses propos sur les femmes (en tutoyant la Secrétaire d'État) :

Si toutes les femmes travaillent, que font les enfants à la maison ? (...) Les femmes sont belles, j'adore les femmes, c'est comme les fleurs

► REGARDER |  A 16'26 de la vidéo ci-dessous :

Les femmes et la politique

- La Secrétaire d'État de la Transition écologique et solidaire Brune Poirson a droit à un "ma poule" de la part d'un député apparenté PS, Christian Hutin, pendant la séance de questions au gouvernement.

Je ne suis certainement pas sa poule, je crois que c'est assez humiliant, et qu'il faut que ce genre de pratiques cesse a-t-elle expliqué.

Sur France Inter, Brune Poirson revient sur l'incident :

C'est assez humiliant et il faut que ce genre de pratiques cessent.

Le député s'est finalement excusé. 

- Un jeune député LR, Robin Reda, fait preuve lui aussi d'impolitesse et de sexisme. Reda s'adresse à la présidente de la commission des lois, Yaël Braun-Pivet (LREM) en critiquant son "rappel au règlement quasi maternel". La présidente de commission qualifie alors sa réflexion de _"fort misogyne"._ Et là, il s'enfonce : 

Je dis ça parce que vous pourriez être ma mère !

- Ségolène Royal met les pieds dans le plat dans son dernier livre Ce que je peux enfin vous dire (éd. Fayard) et sur France Inter. Elle évoque trente années d'attaques sexistes. Du "À poil !" lancé à l'Assemblée nationale, au "Bécassine" en passant par la "vache folle". Ségolène Royal peut en témoigner : être une femme en politique relève du sacerdoce, tant les attaques sont nombreuses.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.