Lors d'une audition à l'Assemblée nationale, le ministre de la Santé a décrit un "raz-de-marée" de contaminations au variant Omicron en France. Le pays a enregistré 208 000 nouveaux cas de Covid-19 en 24 heures. Un record.

Olivier Véran était auditionné à l'Assemblée nationale.
Olivier Véran était auditionné à l'Assemblée nationale. © Capture d'écran

"208.000 Français ont été diagnostiqués positifs au Covid au cours des dernières 24 heures", a indiqué Olivier Véran. Le ministre de la Santé était auditionné mercredi après-midi devant la commission des lois à l'Assemblée nationale, à l'occasion de l'examen du projet de loi sur le pass vaccinal. Cela représente "plus de deux français chaque seconde" sur cette période. 

"Nous faisons face à deux ennemis", a noté le ministre. Le premier est le variant Delta "qui n'a pas dit son dernier mot", a souligné Olivier Véran, appelant à continuer à "le combattre". Le deuxième ennemi est le variant Omicron. "Là, je ne parlerais plus de vague" car "vu les chiffres que nous enregistrons depuis quelques jours dans notre pays, j'aurais tendance à parler de raz-de-marée".

Le nombre de contaminations ne cesse en effet d'augmenter. "Nous n'avons jamais connu une telle situation, il y en a partout, dans tous les territoires, dans tous les milieux et le virus circule très vite." D'après les estimations du ministre, "il y a probablement plus d'un million de Français qui sont positifs actuellement au coronavirus". "On peut considérer que 10% de la population française est cas contact", estime-il.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Olivier Véran a également souligné "qu'il y a des risques de recontaminations accrus" : plus de 10.000 personnes qui sont positives au Covid avaient déjà contracté une autre version du Covid. Le ministre a rappelé l'importance du vaccin, en soulignant qu'après trois doses, "quand on est à jour de son rappel, le vaccin est efficace à 90 % pour réduire les formes graves, y compris face à Omicron". Il a également lancé ce message : 

"Je le dis aux personnes qui ne sont pas vaccinées, il y a vraiment peu de chances que vous puissiez passer cette fois-ci entre les gouttes. La circulation du virus est trop forte." 

Le ministre a donc appelé les 4 millions d'adultes français non vaccinés à franchir le pas. "70% des patients qui sont en réanimation dans les hôpitaux parisiens ne sont pas vaccinés et sur ceux qui sont vaccinés, 80% sont à la base immunodéprimés, c'est-à-dire qu'ils ne sont pas suffisamment sensibles au vaccin", a-t-il souligné.

Situation "préoccupante" dans les hôpitaux

"L'impact hospitalier d'Omicron n'est pas encore visible en France mais il va venir, et ce sera le facteur déterminant", a indiqué Olivier Véran. Car dans les établissements de santé, la situation est déjà "préoccupante", a-t-il rappelé. 

Le ministère regarde avec attention les données anglaises, puisque le pays a entre 8 et 10 jours d'avance sur l'épidémie par rapport à la France. "Les chiffres publiés hier (mardi NDLR) soir au niveau anglais montrent une augmentation des hospitalisations de l'ordre de 49% sur une semaine, ce qui est une accélération des hausses d'hospitalisations mais il n'y a pas de corrélation avec l'augmentation de la circulation du virus, c'est-à-dire qu'on aurait pu s'attendre, avec le nombre de cas positifs enregistrés à une hausse beaucoup plus forte des hospitalisations", a expliqué Olivier Véran. "Mais 50% de hausse, ce n'est pas neutre pour des hôpitaux qui sont déjà fatigués et qui font face au début d'une épidémie de grippe qui va être forte cette année", a-t-il souligné.

Initialement prévu pour une application fin janvier, le projet de loi prévoyant de vouloir transformer le pass sanitaire en pass vaccinal est examiné par la commission des lois au Palais Bourbon mercredi. Le texte sera ensuite discuté dans l'hémicycle à partir de lundi et au Sénat à partir du mercredi 5 janvier, pour une entrée en vigueur prévue dès le 15 janvier.