La crise sociale liée à l'épidémie de Covid-19 a davantage frappé les plus précaires. 58% des personnes vivant sous le seuil de pauvreté déclarent avoir perdu des revenus depuis le premier confinement, selon le baromètre du Secours populaire publié ce jeudi, contre 45% des Français.

A Romainville, en Seine-Saint-Denis (illustration)
A Romainville, en Seine-Saint-Denis (illustration) © Radio France / Jean-François Fernandez

"La crise sanitaire a accéléré la précarisation des plus fragiles". C'est le constat que dresse le Secours Populaire dans son sondage annuel réalisé avec l'Institut Ipsos. Selon ce baromètre de la pauvreté, la crise sanitaire aggrave la pauvreté de la société dans son ensemble : alors qu'un tiers des Français déclaraient l'an passé avoir perdu des revenus, cette proportion grimpe en 2021 à 45%.

L'association d'aide aux plus démunis met aussi en avant une dégradation de la situation sociale pour l'ensemble des Français et une généralisation des situations de précarité et de pauvreté. Ainsi, 20% des Français, soit un sur cinq, déclarent sauter certains repas "parfois" ou "souvent" alors qu'ils étaient 14% en 2020.

Des précaires encore plus précarisés

Mais le baromètre pointe aussi une aggravation de la situation des plus précaires. Il interroge également un panel de Français vivant sous le seuil de pauvreté. Pour cette population, la part de ceux déclarant avoir vu leurs revenus diminuer monte à 58%.

1 min

Deux nouveaux bénéficiaires du Secours populaire témoignent au micro de Rémi Brancato

Par Rémi Brancato

L'écart se creuse quand on évoque les difficultés financières. 63% des plus pauvres disent en subir depuis le début de la crise, contre 36% de l'ensemble de la population.

Le baromètre met ainsi en évidence "une société qui se précarise". Parmi cette population de Français vivant sous le seuil de pauvreté, l'enquête décrit un quotidien difficile. 62% d'entre eux décrivent ainsi se priver de nourriture pour leurs enfants, 54% de soins médicaux, 86% de loisirs et 85% de vêtements.