70% des pauvres dans le monde sont des femmes. Une femme sur trois dans le monde a subi des violences. En Europe, les femmes handicapées sont largement plus au chômage que les hommes. Bonne journée internationale des droits des femmes.

Journée internationale des droits des femmes
Journée internationale des droits des femmes © Getty / Michael Heim / EyeEm

30 femmes tuées en France depuis le début de l'année

Entre le 1er janvier et le 3 mars 2019, donc à peine plus de deux mois, 30 femmes ont été tuées en France par leur compagnon ou leur ex-compagnon. En France, une femme meurt tous les trois jours sous les coups d'un homme, soit 130 victimes par an, en plus des 150 tentatives d'homicides au sein des couples. Il faut compter aussi 25 enfants tués chaque année dans le cadre de violences conjugales. 

Une femme sur trois dans le monde a subi des violences 

Jeune fille survivante après une attaque à l'acide au Bangladesh
Jeune fille survivante après une attaque à l'acide au Bangladesh © AFP / .

Selon les estimations de l'ONU-femmes, 35% des femmes dans le monde ont subi des violences physiques ou sexuelles de la part d’un partenaire intime ou des violences sexuelles de la part d’une autre personne (sans compter le harcèlement sexuel) à un moment donné dans leur vie. Dans certains pays, ce taux monte à 70%. Au Bangladesh, ASF (Acid Survivors Foundation) a enregistré près de 3 000 attaques à l'acide, dont 70% depuis 1999 contre des femmes. Les jeunes filles sont attaquées en raison de propositions de mariage refusées.

Mutilations génitales : 200 millions de filles et de femmes victimes

Délégation de Maliennes lors d'un rassemblement contre les mutilations génitales
Délégation de Maliennes lors d'un rassemblement contre les mutilations génitales © AFP / .

Au moins 200 millions de filles et de femmes en vie aujourd’hui ont subi une mutilation génitale, l’un des actes de violence sexiste les plus inhumains au monde. Lors de la Journée internationale de la tolérance zéro à l’égard des mutilations génitales féminines, l'ONU-Femmes plaide plus que jamais pour l'élimination de cette pratique. Des dizaines de millions de filles courent encore le risque d’être mutilées d’ici à 2030.Ces mutilations constituent également une entorse à la déontologie médicale : les mutilations génitales féminines ne sont jamais sans risque, même si elles sont effectuées par un personnel de sante dans un endroit stérile.

Le risque de dépression est deux fois supérieur pour les femmes

Selon le ministère de la Santé, les femmes ont 2 fois plus  de risques que les hommes de subir un épisode dépressif majeur   dans l’année. Elles sont également plus exposées aux rechutes et à la  chronicisation de la dépression. Globalement, jusqu’à 15% de la population serait touchée par un  épisode dépressif dans l’année en France. Selon l'OMS, 73 millions de femmes adultes à travers le monde souffrent d’un épisode dépressif majeur chaque année. En moyenne dans les pays les plus pauvres, 86 % des femmes qui souffrent de troubles mentaux modérés ou aigus ne sont pas soignées. 

En France, plus d'une femme sur dix a subi une pénétration contre son gré lors d'une consultation médicale

Plus d'une femme sur 10 a subi une pénétration sexuelle contre son gré, lors d’un examen ou une consultation médicale. 87% des femmes ont été gênées par le comportement d'un ou une professionnel.le de santé.  Ces chiffres sont révélés par l'enquête A notre santée  (volontairement écrit avec un e à santé) menée par Osez le féminisme. En consultation, 65% n'ont pas été crues au moins une fois par le ou la professionnel.le qui l'écoutait. 

En Europe, les femmes handicapées sont largement plus au chômage que les hommes

Manifestation de femmes handicapées à Marseille en 2010
Manifestation de femmes handicapées à Marseille en 2010 © AFP / .

Dans l’Union Européenne, le taux d’emploi des femmes handicapées est de 2% contre 36% pour les hommes handicapés et 55% pour les femmes non handicapées. Les filles et les femmes handicapées ont de 1,5 à 10 fois plus de risques d’être maltraitées que les femmes valides.

Les femmes ne reçoivent que 10% des revenus à l'échelle du monde

Atelier de tissage en Inde
Atelier de tissage en Inde © AFP / .

D'après l'Unicef, les femmes accomplissent 66% du travail mondial, produisent 50% de la nourriture, mais ne perçoivent que 10% des revenus et détiennent 1% de la propriété. 

70% des pauvres dans le monde sont des femmes

Toujours selon l'Unicef, 70% des pauvres dans le monde sont des femmes. Les disparités professionnelles entre hommes et femmes n'ont pas connu de véritable diminution depuis un quart de siècle et la situation ne changera que lorsque les hommes assumeront davantage de tâches à domicile, estime l'ONU après la publication du dernier rapport de l'Organisation Internationale du Travail. 76,1% des hommes en âge de travailler sont dans le monde du travail, contre 49,6 % des femmes.

Les femmes sont dans la santé, l'éducation et le commerce, au mieux, sinon c'est l'agriculture

Paysannes tunisiennes récoltant des pois
Paysannes tunisiennes récoltant des pois © AFP / .

Les emplois proposés aux femmes, dans les pays à revenus élevés se concentrent dans la santé, l’éducation, le secteur du commerce en gros : 61,5% des femmes travaillent dans les services, 13,5% dans l'industrie et 25% dans l'agriculture. 

Et dans les pays à revenus moyens ou faibles, les femmes se concentrent dans le monde agricole. 

En France, nombre d'activités restent le pré-carré des hommes. Les métiers liés à la recherche & développement (R&D) ne comptent que 30% de personnel féminin. Dans le BTP, 12% des salariés sont des femmes.

Les femmes exclues des négociations de paix

Réunion trilatérale sur la Syrie entre les représentants turcs, russes et iraniens, le 14 février 2019.
Réunion trilatérale sur la Syrie entre les représentants turcs, russes et iraniens, le 14 février 2019. © AFP / .

Selon une étude réalisée en 2008 qui portait sur l’analyse de 33 processus de paix, seulement 4%, soit 11 sur 280, étaient réalisés par des femmes et la représentation des femmes dans les délégations gouvernementales à la table des négociations était à peine plus élevée que celle des délégations représentant des groupes armés non-étatiques. 

Sur l'étude de 31 des principaux processus de paix ayant eu lieu entre 1992 et 2011, seulement 4% des signataires étaient des femmes. Elles ne représentaient que 2,4% des médiateurs en chef, 3,7% des témoins et 9% des négociateurs. 

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.