Ce vendredi 26 octobre, une journée "grève du chômage" était organisée en France. Une initiative pour mettre la lumière sur le chômage de longue durée. Les demandeurs d'emploi étaient donc invités à exercer une activité, à titre symbolique. Un projet porté par les Territoires Zéro Chômeur de Longue Durée.

Les chômeurs de Bouffémont et les membres de l'association Territoires Zéro Chômeurs de Longue Durée, devant un des arbres plantés ce vendredi
Les chômeurs de Bouffémont et les membres de l'association Territoires Zéro Chômeurs de Longue Durée, devant un des arbres plantés ce vendredi © Radio France / François Rauzy

Sur la pelouse de la mairie de Bouffémont, Lydie creuse un trou. Elle y plante un petit poirier, qu'elle arrose ensuite. Cela fait cinq ans qu'elle est au chômage, mais aujourd'hui elle s'est portée volontaire pour devenir jardinière d'un jour : "On essaie de bouger en tant que chômeurs, mais on est pas beaucoup aidés. Aujourd'hui on va travailler, essayer de faire ce qu'on peut... Mais on est pas des fainéants !"

Une initiative Territoires Zéro Chômeur de Longue Durée

Les Territoires Zéro Chômeur de Longue Durée (TZCLD) sont des zones aidées ou en attente d'aides de l'Etat. Cette aide leur permet d'offrir un travail à des demandeurs d'emploi avec travail une structure nommé Entreprise à But d'Emploi (EBE). L'argent public finance en grande partie le salaire des chômeurs. 

Jacques Lek, président de la section TZCLD de Bouffémont-Moisselles, réclame l'aide de l'Etat. Son territoire pourrait recevoir des financements s'il est choisi pour faire partie d'une expérimentation prévue pour 2019. Selon lui, ce ne sont pas les opportunités de travail qui manquent dans la commune : "Il y a des possibilités dans la mobilité. Par exemple, la navette de la ville qui fait le trajet entre la gare et le centre s'arrête à 9h30. On pourrait continuer son activité en journée. Il y a aussi tout ce qui est autour du bio, du maraîchage ou encore de l'aide à la personne. Mais ce qui est important c'est que ce ne soit pas concurrentiel pour des gens qui ont déjà un emploi ici."

Avec l'aide de l'État, les bénévoles de Bouffémont et de Moisselles estiment qu'ils pourraient créer des emplois pour une partie des 200 chômeurs longue durée que compte les deux communes.  Ils espèrent, grâce à l'application du plan pauvreté annoncé par Emmanuel Macron le mois dernier, pouvoir bénéficier de financements d'ici la fin de l'année prochaine.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.