Les migrants de Calais tentent leur chance en se cachant dans des camions en partance pour l'Angleterre.
Les migrants de Calais tentent leur chance en se cachant dans des camions en partance pour l'Angleterre. © MaxPPP / ARNAUD DUMONTIER

Le sous-préfet de Calais annonce avoir donné suite à plus d'une centaine de demandes d'asile de migrants érythréens en moins d'une semaine, une procédure qui prend habituellement plusieurs mois. L'objectif est de faire baisser la pression migratoire.

Une pression migratoire qui pèse lourdement sur Calais, mais aussi indirectement sur la Grande-Bretagne, l'objectif final de nombreux migrants qui viennent dans le Pas-de-Calais de manière transitoire, en attendant une occasion plus ou moins risquée de traverser la Manche.Ils sont aujourd'hui environ 2 500 à vivre dans la ville dans des conditions précaires , selon l'association "L'Auberge des migrants".

Ils sont désormais 111 de moins : 111 Érythréens dont le dossier a été examiné, exceptionnellement, en urgence , sur décision du sous-préfet de Calais Denis Gaudin.

On a fait une liste. Et pendant les trois jours qui ont suivi, on a accordé à ces personnes le statut de réfugié avec une procédure compactée en une seule journée. D'habitude, ça prend des mois .

La condition c'est qu'ils soient en danger. C'est le sens de l'entretien de l'Ofpra, qui est un entretien assez approfondi.

Les précisions de Cécile Bidault de France Bleu Nord

1 min

Les agents de l'OFPRA sont allés à la rencontre des migrants pour les informer

Le directeur général de l'Ofpra, Pascal Brice, explique lui qu'ils sont "venus à Calais pendant une semaine pour entendre des Érythréens et statuer immédiatement sur leur situation ". En quelques jours, les nouveaux réfugiés ont donc obtenu une place en centre d'accueil pour demandeurs d'asile, notamment à Épernay et Dijon.

En visite à Calas le 4 mai dernier, Bernard Cazeneuve avait invité les migrants sur place à déposer une demande d'asile. On en comptait alors 455 deuis le début de l'année sur la seule zone de Calais. Il pourrait y en avoir entre 1 300 et 1 400 au total fin 2015, contre 885 en 2014 et 350 en moyenne de 2011 à 2013.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.