À l'initiative notamment de la Fondation Nicolas Hulot, d'ATD Quart-monde, de la CFDT et de la Fondation Abbé Pierre, ces propositions publiées ce mardi 5 mars visent à permettre à tout un chacun de vivre dignement tout en préservant la planète. Extraits.

 Manifestation du 1er mars pour le climat partout en Europe
Manifestation du 1er mars pour le climat partout en Europe © AFP / JACQUES DEMARTHON

L'appel de 19 organisations, syndicats et associations, pour un pacte social et écologique est un message lancé au gouvernement, en cette période de manifestations des "gilets jaunes" et de grand débat national.

La CFDT, la Fondation Nicolas Hulot, la Fondation Abbé Pierre et 16 autres organisations proposent un "pacte pour donner à chacun le pouvoir de vivre". Ce pacte est signé par ATD Quart monde, la CFDT, la CFTC, la Cimade, la Fage, France nature environnement, France terre d'asile, la fondation Abbé Pierre, la fondation Nicolas Hulot pour la nature et l'homme, Humanité et biodiversité, la Ligue de l'enseignement, le Mouvement associatif, le Pacte civique, les Francas, la Mutualité française, le Réseau action climat, le Secours catholique, l'Uniopss et l'Unsa. 

Ces propositions touchent une vingtaine de secteurs qui concernent tous les Français, comme le logement ou encore le travail et l'alimentation. 

  • Le logement

- Il faut par exemple encadrer les loyers dans les zones tendues ; 

- En finir avec les logements indignes et les passoires énergétiques en finançant leur rénovation et en interdisant à terme leur mises en location. Il faut également investir massivement dans le logement social et très social et revenir sur les coupes opérées sur les aides personnalisées au logement depuis 2017.

  • L'éducation 

- Faire reculer le poids de l’appartenance sociale sur la réussite scolaire.

  • L'emploi

- Généraliser les accords de qualité de vie au travail dans les entreprises et administration, faire évoluer automatiquement les grilles salariales en fonction de l’évolution du smic dans le privé et le public et lutter contre les recours abusifs aux contrats courts et/ou au temps partiel subi.

  • Les services publics 

- Par exemple, généraliser les maisons de services au public et les maisons et centres de santé.

  • Les discriminations 

- Notamment enseigner une culture de l’égalité entre femmes et hommes dès le plus jeune âge.

- Construire et garantir un régime du droit d’asile européen dans le respect de la Convention de Genève. 

  • L'alimentation 

- Généraliser les repas bio dans les établissements publics et privés.

  • L'économie

- Adosser la rémunération variable des dirigeants à la performance sociale et environnementale, et pas seulement financière

  • La fiscalité 

- Introduire une plus grande progressivité de l’impôt (impôt sur le revenu et fiscalité indirecte), taxer les hauts patrimoines ou encore généraliser le principe de pollueur-payeur, comme mettre fin aux exonérations de la taxe carbone française pour certains secteurs, en particulier le transport aérien et maritime, les entreprises du marché carbone européen et le transport routier de marchandises. 

- Créer des budgets participatifs au niveau local pour organiser la transition et s’engager résolument dans les énergies renouvelables et les économies d’énergie. 

  • La transition énergétique

- Fixer la fin de vente des véhicules essence ou diesel neufs à un horizon compatible avec l’accord de Paris sur le climat et instaurer le droit pour tous les salariés de bénéficier du remboursement employeur pour les frais de covoiturage ou de vélo liés aux trajets domicile-travail.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.