Selon une étude réalisée par l'INA, sur près de 700.000 heures de programmes de 2001 à 2018, le temps de parole et d'expression des femmes dans les médias reste largement inférieur à celui des hommes. Pour deux hommes entendus à la télé ou à la radio, une seule femme l'aura été aussi.

Régie vidéo de la chaîne d'info en continu France Info, dans les locaux de France Télévisions
Régie vidéo de la chaîne d'info en continu France Info, dans les locaux de France Télévisions © Maxppp / LP/ Jean Nicholas Guillo

C'est une étude d'une ampleur inédite : l'Institut national de l'audiovisuel a analysé, avec l'aide d'une intelligence artificielle, environ 700.000 heures de journaux, d'émissions, de débats, d'interviews, pour y détecter des voix masculines ou féminines. Les données remontent jusqu'en 2001 pour la radio, 2010 pour la télévision. Et le résultat est sans appel : en 2018, seuls 35.14 % du temps de parole général a été utilisé par des femmes à la télévision, 34,40 % à la radio. Soit à peine plus d'un tiers.

Et ce n'est même pas le résultat d'une évolution massive dans le bon sens : en 2010, radio et télé accordaient à peine 30 % de leur temps d'antenne à des voix féminines. La progression n'a été que de quelques points en huit ans.

L'INA donne aussi les bons et les mauvais élèves. En télé, ce sont sans surprise des chaînes destinées principalement à un public féminin (Téva et Chérie 25) qui sont en tête... Mais même dans leur cas, les femmes sont encore un peu moins présentes que les hommes. La chaîne d'info France 24 est en troisième position avec 44,81 % de temps de parole donné aux femmes, loin devant ses concurrentes (BFM TV est à seulement 35,83 %). Tout en bas du classement (sans véritable surprise), on trouve les chaînes consacrées au sport : Eurosport France est dominée à plus 92 % par des voix mâles.

Le constat n'est pas forcément plus brillant à la radio. Si les chaînes musicales sont bonnes élèves (avec plus de femmes que d'hommes, même, dans le cas de Chérie FM), les généralistes font peu d'efforts, et sont le plus souvent dans la moyenne : "un tiers de femmes, deux tiers d'hommes". Tout en bas du classement, RMC et Skyrock où l'on est en-dessous des 17 % de femmes entendues à l'antenne, moins d'une voix sur cinq.

Et à Radio France ?

Évidemment, ces chiffres sont aussi l'occasion de voir comment évoluent vos radios publiques. Elles présentent des chiffres similaires à la moyenne de toutes les chaînes nationales... avec des variations différentes selon les radios. En 2018, c'est France Bleu qui était la meilleure élève du groupe, comme presque chaque année depuis 2010, avec plus de 36 % de femmes à l'antenne, juste devant France Musique, qui leur accorde une place grandissante.

France Inter et France Culture voient le nombre de voix féminines augmenter en 2018, et ont rattrapé la moyenne (aux alentours de 34 %). France Info fait un peu moins parler les femmes (un peu plus de 30 %), et Mouv', la radio à destination des jeunes, semble avoir petit à petit oublié leur existence, avec 22 % de voix féminines en 2018, soit une baisse spectaculaire en trois ans (elles étaient 35 % en 2015).

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.