cyclone meurtrier à la réunion
cyclone meurtrier à la réunion © reuters

La Réunion n'avait pas connu de catastrophe aussi grave depuis vingt ans... Une catastrophe naturelle qui sera reconnue en tant que telle assure le ministre des Outre-Mer, en visite dans l'île ce samedi. Le cyclone Bejisa a fait un mort et seize blessés

Les conditions requises sont "manifestements réunies" pour reconnaître l'état de "catastrophe naturelle" indispensable pour permettre aux victimes d'être indemnisées selon Victorin Lurel, le ministre des Outre-Mer.

Il faut dire que le bilan est lourd : une vieille dame est morte et seize personnes ont été blessées.

Routes coupées, toits arrachés et bateaux coulés...

Les dégâts marériels sont impressionnants: les précisions de Nathalie Bojan à La Réunion

Autre conséquence du cyclone, les coupures d'électricité... EDF s'est engagée à réalimenter l'ensemble des habitants d'ici jeudi au plus tard. En 1989, après le cyclone Firinga, il avait fallu presque un mois.

Six jours pour rétablir toute l'électricité

Dans le sillage du ministre des Outre-Mer, un renfort de 50 militaires des FORMISC (Formations militaires de la sécurité civile) est arrivé samedi à La Réunion. Leur mission: remettre en état les routes. Pour épauler les 450 agents EDF déployés, 25 agents venus de Corse sont eux sur place. Trente autres devraient arriver lundi.

La compagnie s'est engagée à réalimenter au plus tard jeudi tous ses clients privés d'électricité annonce le directeur d'EDF Patrick Bressot:

En 24 heures, nous sommes passés de 180.000 clients privés de courant à 72.000, (sur un total de 350.000 abonnés). [...] Nous avons eu énormément de casse", 120 poteaux de moyenne tension et 150 de basse tension sont "à terre ou inclinés

EDF a déjà reconnecté plus de 110.000 foyers. Même les lignes électriques souterraines - 65% du réseau réunionnais - ont été coupées à cause de l'humidité.

La ville de Saint-Paul, dans l’Ouest est particulièrement touchée. La ville s'est réveillée avec un nouveau visage hier. Des rues envahies de déchets végétaux, de panneaux publicitaires ou encore des fils électriques.

Le reportage de Johanne Adamadorassy à Saint-Paul, une ville ravagée

Plus d’une dizaine d’habitations ont eu leur toiture arrachée par le vent. C’est le cas de la maison familiale de Daniela située rue des Acacias, à la Saline. Une famille rencontré par la député maire de Saint-Paul Huguette Bello lors de sa visite de terrain.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.