Samedi, des mesures sanitaires renforcées entreront en vigueur à Marseille, avec notamment une fermeture des bars et restaurants. Dans les hôpitaux de la ville, la situation se fait de plus en plus difficile : à l'hôpital Nord, la capacité du service de réanimation est déjà à moitié saturée.

L'hôpital Nord, à Marseille, l'un des plus vastes de la ville
L'hôpital Nord, à Marseille, l'un des plus vastes de la ville © AFP / Boris Horvat

A quelques heures de l'entrée en vigueur de nouvelles mesures de restriction, amenant les bars et restaurants à fermer dans l'agglomération d'Aix-Marseille, le premier adjoint à la maire de Marseille Benoît Payan a assuré jeudi que le nombre de nouveaux cas repartait à la baisse depuis quelques jours. 

Mais à l'hôpital, le discours est quelque peu différent, car les admissions de patients atteints du Covid sont toujours en hausse. Dans l'unité de réanimation de l'hôpital Nord de Marseille, l'activité reste normale. On y trouve des patients polytraumatisés, notamment des accidentés de la route. Mais depuis trois à quatre semaines, l'épidémie se montre à nouveau : "On est de plus en plus sollicités pour accueillir des patients Covid", explique Mathieu Courtine, infirmier. 

"Il n'y a pas encore de sélection des patients"

Son service est à nouveau saturé : le secteur Covid compte 16 lits sur les 39 disponibles : "Le fait de devoir, en plus des patients Covid, maintenir l'activité en parallèle au niveau de la chirurgie et des polytraumatisés, fait que c'est un peu plus tendu". Pour le chef du service, le Pr. Marc Leone, "on approche doucement de la barre des 50% des lits pris par des patients Covid, ce qui posera une difficulté pour assurer la prise en charge des patients non-Covid" :

"Il n'y a pas de sélection des patients aujourd'hui, ça pourrait devenir le cas dans quelques jours, ce qui nous inquiète au plus haut point".

Les actes chirurgicaux ne sont pas encore déprogrammés, mais l'hôpital s'y prépare. Et le Pr. Leone appelle les Marseillais à la prudence, car même si certains indicateurs sont à la baisse, ici, l'effet se fait sentir un peu plus tard : "Il y a un décalage entre le moment où la maladie se déclenche chez le patient et le moment où il va nécessiter des soins de réanimation. Cela représente dix à quinze jours : ce qu'il se passe ici aujourd'hui, c'est en fait ce qu'on avait en ville il y a quinze jours". 

À Marseille le nombre d'hospitalisations pour Covid a encore augmenté jeudi, et les hôpitaux de la ville cherchent encore à recruter 250 soignants pour faire face. 

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.