La police lance un appel à témoins pour retrouver le jeune Nantais de 24 ans qui n'a plus donné signe de vie depuis la nuit de la Fête de la Musique et l'intervention de la police aux bords de la Loire, à Nantes. Une témoin contactée par France Inter a vu "une dizaine de personnes tombées dans l'eau, avec la peur".

La fête, et par la suite l'intervention policière, ont eu lieu quai Wilson à Nantes dans la nuit de vendredi à samedi.
La fête, et par la suite l'intervention policière, ont eu lieu quai Wilson à Nantes dans la nuit de vendredi à samedi. © AFP / MATTES René

Le Ministre de l'Intérieur a demandé lundi que soit ouverte une enquête de l'IGPN. La police des polices est chargée d'enquêter sur les circonstances dans lesquelles sont intervenus 80 CRS et 80 autres policiers de la sécurité publique, chargés d'assurer le maintien de l'ordre, à Nantes, cette nuit de la Fête de la Musique, vers 4 heures du matin, quand la sono aurait dû s'arrêter. 

Dans la nuit de vendredi à samedi, peu après 04H00, des fêtards ont voulu continuer à danser dans une discothèque mobile des bords de Loire. Et c'est là que les premiers gaz lacrymogènes ont été lancés. "En réponse à des jets de pierre et de bouteilles", se justifie la police. 

Cette vidéo relayée par le journaliste David Dusfrene sur Twitter, donne une idée de l'ambiance générale sur ces quais de Loire ce vendredi soir. 

La violence était disproportionnée, estime Dorine, une amie de Steve, le jeune homme disparu, qui était présente ce soir-là. La jeune femme de 23 ans, contactée par France Inter, était venue faire la fête sur les bords de Loire : "On s'est fait gazer. Il y a eu des énormes nuages de fumées, de lacrymogènes qui nous piquaient les yeux, qui nous piquaient la gorge. Moi je me suis retrouvée en première ligne lors du chaos. J'ai vu des grenades anti-encerclement, les chiens qui ont été lâchés, une  fille qui a été matraquée. Le quai Wilson était noir de monde. Il y a eu une dizaine de personnes qui sont tombées dans l'eau, en courant avec la peur, les fumées et puis il y a eu l'alcool aussi. Les gens ont couru, couru et certains dans la nuit, n'ont pas vu la Loire. Je comprends pas, on faisait la fête, on dansait... La méthode qui a été utilisée a été bien trop violente", affirme-t-elle.

Steve ne sait pas nager

La jeune fille s'enfuit et appelle son ami sur son téléphone portable. Mais elle tombe sur son répondeur. Depuis cette nuit-là, Dorine est inquiète, d'autant plus que son ami Steve ne sait pas nager, d'après elle. 

Lundi soir sur les bords de Loire, les pompiers poursuivaient leurs recherches. 

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.