La dixième édition du festival Futur.e.s revient les 13 et 14 juin et propose de découvrir 80 innovations numériques qui permettraient de mieux développer la ville, partager l'éducation ou la santé. Entretien avec Hélène Allain, directrice de Futur.e.s.

Le festival Futur.e.s se tient à Paris les 13 et 14 juin 2019
Le festival Futur.e.s se tient à Paris les 13 et 14 juin 2019 © Futur.e.s

"Le numérique, ça n'est pas le monde des solutions"

FRANCE INTER : C'est la dixième année de Futur.e.s, qu'est-ce qui a changé entre la première édition et 2019 ?

HÉLÈNE ALLAIN : "Il y a dix ans, il fallait créer de l’appétence pour des services que personne ne connaissait. Aujourd’hui le numérique a impacté tout le monde. Il s’agit donc de s’interroger sur les mutations qu’il a engendré. Dans certains cas il a apporté des solutions, dans d'autres des crises.

Le numérique, ce n’est pas le monde des solutions, il ne répond pas à tous les problèmes et en plus il en crée d’autres. Donc nous sommes là pour interroger son impact sur les individus, la société ou la politique."

Le numérique est-il simplement devenu l'industrie la plus polluante de la planète ?

"On aborde la question écologique car les serveurs consomment énormément. Rien que le fait d'organiser des conférences sur le sujet contribue à éveiller les consciences. On aura une conférence que l'on a appelé "_Vous aviez tout compris à la blockchain voici l’holochain_" pour présenter des solutions moins gourmandes en énergie. On trouve donc des pistes de solutions pour aller vers un numérique plus vert.

L’innovation ce n’est pas seulement la technologie de pointe gourmande en ressources naturelles ; regardons aussi les nouveaux modèles, l'open source, les solutions low-tech. Si elles étaient mieux distribuées, elles résoudraient beaucoup de problèmes.

Au-delà des questions de distributions de l’eau, de gestion des déchets, Futur.e.s illustre la nécessaire convergence entre la transition écologique et numérique. Par exemple, nous mettons ensemble les concepteurs d'un matériau écologique pour le sol, et la gestion numérique de la maintenant et la rénovation des bâtiments."

"C’est important de regarder le numérique en tant que culture et modèle"

Futur.e.s met aussi en avant dans sa programmation des solutions qui peuvent sembler venir d'un autre siècle. Je pense à Cocott'arium, pour le développement

"C’est important de regarder le numérique en tant que culture et modèle. Cette année on aura beaucoup de choses sur la low-tech. L'idée c'est aussi de "faire société". On a besoin d’innovations qui nous relient les uns aux autres, à la nature. Il y a cent ans il y avait des poulaillers partout, c’est vrai, et peut-être sommes-nous obligés d’en passer par là pour remettre de la nature en ville. Cela peut paraître gadget mais en fait dans le cas de Cocott'arium, on allie le fait de mettre des poulaillers en ville, mais aussi de faire collecter ses déchets, réserver ses œufs frais sur internet, et avoir un lieu de pédagogie avec cela.

Ce sont des innovations qui racontent quelque chose de notre monde et nous montrent des futurs plus souhaitables.

Pour nous, mettre en avant la notion de ville durable, cela ne concerne pas que l’aspect environnement-énergie-déchets. 

Les innovateurs que nous accompagnons sont aussi dans la santé ou l’éducation. Durable, ça ne veut pas dire uniquement vert, c’est l’accès à la santé, la formation pour tous, la culture plus accessible. Nous présenterons également des solutions de maintien à domicile des personnes âgées, l'accès à la formation de pair à pair ou en autonomie, un accès facilité à la culture. Ce sont des solutions qui participent du vivre-ensemble."

"C’est totalement anti uberisation"

Est-ce que vous êtes totalement en opposition aux tendances à l'ubérisation ?

"C'est vrai, ce que je dis là est totalement anti uberisation. On préfère aller vers des modèles qui ne sont pas uniquement des modèles de monitoring individuel. On n’est pas là uniquement pour renverser la table dans tous les modèles. Quand on parle d'ubérisation on parle de solutions qui ne se conçoivent pas avec les écostystèmes dans lesquelles elles interagissent, qui ne réfléchissent pas avec les pouvoir publics sur l'universalité des systèmes qu'elles mettent en place. "

Pour nous, l'important ce n'est pas d'être dominant et hégémonique, mais de développer des systèmes  locaux et qui font très bien le travail en étant ancré sur le territoire

Futur.e.s est organisé par Cap Digital, association des acteurs du numérique en région parisienne. le festival de l'innovation numérique se déroule à la Manufacture des Gobelins à Paris du 13 au 16 juin 2019.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.