Dépistage cancer colorectal
Dépistage cancer colorectal © PHOTOPQR/L''ALSACE / Denis Sollier

La Société nationale française de gastro-entérologie (SNFGE) demande au gouvernement d'accélérer la mise en place de nouveaux tests immunologiques. Selon la SNFGE, cette nouvelle forme de dépistage permettrait de doubler le nombre de vies sauvées.

On pourrait sauver davantage de vies. C'est le message de la Société nationale française de gastro-entérologie. La SNFGE réclame l'arrivée rapide du nouveau test de dépistage du cancer colorectal promis depuis deux ans.

Le précédent gouvernement avait en effet annoncé en mars 2012 l'arrivée d'un test immunologique pour 2013 avec comme objectif d'accroître le nombre de personnes qui s'y soumettent et le nombre de cancers détectés. Mais l'appel d'offres pour l'achat de ces tests n'a toujours pas été lancé.

Ce nouveau test est beaucoup plus efficace (Laurent Baugerie, président de la SNFGE)

5 400 vies gagnées par an

Les cancers du colon et du rectum constituent la deuxième cause de mort par cancer en France avec 17 500 décès par an et arrivent au troisième rang des cas de cancer détectés avec 40 500 cas, soit 11,1% des 365 500 cas annuels de cancer selon les chiffres du rapport "Situation du cancer en France en 2011" (PDF).

La mise en place de ce test permettrait de doubler le nombre de vies sauvées, avec 5 400 vies gagnées par an contre 2 700 actuellement avec le test Hemoccult, selon le Professeur Jean Faivre, président honoraire de la SNFGE.

Le dépistage par test Hemoccult s'adresse à toutes personnes âgées de 50 à 74 ans. Le taux d'adhésion reste faible (32,1% de la population ciblée selon des chiffres de 2011) et le passage au test immunologique, plus simple, moins contraignant, devrait aussi permettre d'augmenter le nombre des personnes qui s'y soumettent.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.