Les femmes et les hommes ne parcourent pas les âges de la vie de la même façon, tant sur le plan familial que professionnel. L'INSEE le démontre, chiffres à l'appui.

L'égalité hommes-femmes, en dents de scie tout au long de la vie
L'égalité hommes-femmes, en dents de scie tout au long de la vie © Maxppp / Eric Audras

Quelles sont les différences à chaque étape de la vie (jeunesse, âge adulte, âges avancés) ? Quelles sont les interactions entre la vie familiale et professionnelle pour les femmes et pour les hommes ? Ces différences ont-elles des conséquences sur les étapes suivantes ? En découle-t-il des inégalités entre femmes et hommes ? Des questions posées par l'étude de l'INSEE "Femmes et hommes, l'égalité en question" . L'Institut national de la statistique et des études économiques publie des indicateurs sur les inégalités entre les femmes et les hommes qui perdurent toujours dans la société française.

Les filles sont meilleures à l'école...

Les filles réussissent mieux que les garçons à l’école. Le taux de réussite au Brevet des collèges, en 2015, était de 89,3% chez les filles, contre 83,4% chez les garçons. Idem au bac, les filles font mieux avec au bac général 92,7% de réussite contre 89,9% pour les garçons. Au bac technologique, de même, 91,4% contre 87,8%, tout comme pour les CAP 84,8% contre 83,1%.

Au lycée, elles s’orientent davantage vers l’enseignement général, puis poursuivent plus souvent des études dans l’enseignement supérieur, en particulier dans les cursus longs. Elles sont toutefois moins présentes dans les formations scientifiques ou sélectives. Au total, les femmes des générations récentes sont plus diplômées que les hommes.

Les filles sont autonomes plus tôt...

Les femmes franchissent généralement plus tôt les grandes étapes vers l’autonomie résidentielle et la formation d’une famille. Aux âges intermédiaires, si la vie en couple reste la situation la plus fréquente, les ruptures d’union sont en hausse. Les femmes mettent plus de temps que les hommes à se remettre en couple après une rupture, en particulier quand elles ont des enfants, et représentent 84 % des parents à la tête d’une famille monoparentale.

Les femmes sont moins au chômage...

La courbe du taux de chômage des hommes et des femmes s'est croisée pour la première fois en 2012 ! Et en 2015, il y a désormais un point d'écart entre les femmes (taux de chômage de 9,5%) et les hommes (10,5%).

L'égalité hommes-femmes en question
L'égalité hommes-femmes en question © Visactu / Visactu

Pour la première fois dans la société française en 2013 il y a eu autant de femmes que d'hommes à devenir cadres trois ans après leur embauche. Les femmes sont aujourd'hui plus nombreuses chez les cadres qu'il y a 15 ans et elles sont même majoritaires dans la fonction publique avec 62% de cadres femmes.

Mais dans les bastions masculins d'ingénieurs et de cadres techniques elles restent largement minoritaires à 22%

►►► ECOUTER | Les explications de Laurent Kramer :

Pourtant elles ont des salaires inférieurs, plus de temps partiels et d'interruptions d'activité

Aux âges actifs, les disparités hommes-femmes sont moindres : deux tiers des femmes de 15-64 ans participent au marché du travail contre trois quarts des hommes de la même classe d’âge. La part des femmes parmi les cadres est passée de 31 % à 42 % en vingt ans. Cependant, les interruptions d’activité liées aux enfants restent beaucoup plus fréquentes pour les femmes, et celles qui travaillent sont quatre fois plus souvent à temps partiel que les hommes. Enfin, si les écarts de revenu salarial selon le sexe se sont légèrement réduits depuis vingt ans, le revenu salarial des femmes reste inférieur en moyenne de 24 % à celui des hommes. Un quart de cet écart seulement s’explique par des différences de durée de travail.

Elles vivent une retraite plus difficile...

Aux âges plus avancés, les conditions de vie des femmes sont plus difficiles que celles des hommes. Les différences de carrières professionnelles se traduisent chez les femmes par des départs à la retraite plus tardifs d’un an en moyenne et des pensions de droit direct inférieures de 42 % par rapport aux hommes.

et une vieillesse plus solitaire

Les femmes sont largement majoritaires parmi les 65 ans ou plus (57 %) et leur part croît avec l’âge, en raison de leur longévité. Après 65 ans, les femmes vivent plus souvent seules que les hommes, et plus souvent en institution et dans des situations de dépendance.

►►► ALLER PLUS LOIN | Les indicateurs-clés des inégalités hommes-femmes par région (INSEE, 7 mars 2017)

18 indicateurs comparés sur les femmes et les hommes sur les thèmes suivants : population-santé, enseignement-éducation, travail-emploi, revenus-salaires et conditions de vie-société.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.