Après deux mois de mobilisation des "gilets jaunes" et face à la défiance de nombre de citoyens envers le gouvernement, les contours du débat public se dessinent. Mode d'emploi.

Pour appaiser le mouvement de contestation des "gilets jaunes", Emmanuel Macron a proposé trois mois de débat public dans les territoires.
Pour appaiser le mouvement de contestation des "gilets jaunes", Emmanuel Macron a proposé trois mois de débat public dans les territoires. © AFP / Valery HACHE

La présidente de la Commission nationale du débat public Chantal Jouano a précisé mercredi dans une interview au Parisien les modalités d'organisation du grand débat citoyen annoncé par le gouvernement pour répondre aux revendications des "gilets jaunes".

Qui peut participer ?

Ce débat public est proposé pour restaurer la confiance des Français envers le gouvernement et les institutions. Aussi, la CNDP veut proposer une méthode permettant à chacun de s'exprimer, sur l'ensemble du territoire, sans que l'État ou les politiques n'interviennent. 

Tout citoyen pourra y participer, soit en organisant un débat public, soit en s'y exprimant. Y compris les plus timides, qui pourront aussi le faire par écrit.

Jusqu'à quand ?

Ce grand débat national voulu par Emmanuel Macron est prévu pour durer trois mois. Mais la date de départ n'est pas encore définie. 

Dans Le Parisien, Chantal Jouano explique que "tout est prêt" pour lancer le débat public : "Nous avons esquissé la méthode d’organisation. Elle a même été présentée au Premier ministre et à l’Élysée. On peut donc considérer que ces grands principes sont validés et nous sommes en train de mettre en place tous les outils pour qu’elle soit prête début janvier."

De quoi va-t-on parler ?

Quatre thématiques ont été annoncées par le gouvernement : la transition écologique, la fiscalité, la citoyenneté et l'organisation de l'État.

Comment ça marche ?

Pour participer au débat public, la CNDP va proposer une plateforme numérique où les citoyens qui souhaitent initier un débat pourront s'inscrire. Un kit de méthodologie leur sera fourni.

Ceux qui souhaitent s'exprimer pourront le faire physiquement, en consultant les lieux des débats publics prévus à proximité de chez eux, mais aussi directement sur la plateforme où des contributions pourront être déposées.

Et que peut-on en attendre ?

Le débat public peut ouvrir la porte au RIC, ce référendum d'initiative citoyenne voulu par les "gilets jaunes". Il est aussi probable que certaines propositions émergent quant aux priorités des citoyens en fonction des territoires, des priorités qui sont déjà en train d'être listées grâce aux "cahiers de doléances" mis en place dans de nombreuses mairies.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.