La vie de Saint-Denis reprend son cours
La vie de Saint-Denis reprend son cours © Radio France / gilles gallinaro

Les habitants de Saint-Denis (Seine Saint-Denis) ont doucement repris leurs activités ce jeudi matin, sonnés par l'assaut d'hier. Les forces du RAID et de la BRI (Brigade de Recherche et d'Intervention) ont dû tirer plus de 5 000 munitions pour venir à bout du groupe de jihadistes dissimulés dans deux appartements. Au total selon un bilan encore provisoire ce jeudi midi, huit personnes ont été interpellées et deux sont mortes mercredi.

Plusieurs habitants du centre de Saint-Denis ont parlé de "scènes de guerre", et n'ont quasiment pas dormi depuis la nuit de l'assaut, entre mardi et mercredi. Dans le quartier, le périmètre de sécurité a été maintenu jeudi matin afin de permettre à la police scientifique de travailler.

Etablissements scolaires rouverts

Dans les rues,les bus et les tramways circulent à nouveau . Les magasins commencent à relever leur rideau.

Ecoles, collèges et lycées de Saint-Denis ont rouvert leurs portes ce jeudi matin. Tous ces établissements avaient été fermés mercredi, alors que l'assaut était en cours.

Les mères de famille ont accompagné leurs enfants à l'école, tant bien que mal :

Ce matin ma fille ne voulait pas à l'école. Elle m'a dit "Maman j'ai peur, et si les terroristes venaient à l'école?" J'ai essayé de la rassurer

Un père de famille essaie de "vivre avec" car il n'a pas envie que ses enfants soient "trop choqués", alors que de très nombreux habitants du quartier reprennent le cours de leur vie, la peur au ventre :

J'ai pas dormi, à appréhender une journée comme aujourd'hui où on doit sortir. On a tellement peur. On pouvait pas s'imaginer qu'ici à Saint-Denis on habitait avec des voisins, des gens qui étaient tordus, des terroristes

Dans le centre de santé près de l’hôtel de ville, la cellule médico-psychologique restera ouverte pendant encore quelques jours. Les médecins ont accueilli une centaine d'habitants, dont des enfants.encore très marqués par cet assaut d'une extrême violence

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.