LA façade de l'immeuble pris d'assaut par les forces du Raid à Saint-Denis
LA façade de l'immeuble pris d'assaut par les forces du Raid à Saint-Denis © Reuters / Gonzalo Fuentes

Presque une semaine après l'assaut du Raid à Saint-Denis, 70 habitants sont toujours à la rue. Ces familles avec des enfants, qui vivaient dans le même immeuble que les terroristes, sont hébergées depuis 5 nuits dans un gymnase de la ville.

La mairie de Saint-Denis dénonce aujourd'hui l'indifférence de l'Etat qui n'a toujours pas proposé de véritables solutions de relogement.

Lits de camps

Des lits de camps sont alignés contre le mur, avec des couvertures et des duvets empilés les uns sur les autres. Une trentaine de familles dorment dans ce gymnase.

Ngoran et Akésia habitaient dans le bâtiment, situé juste à coté de celui où s'était retranché les terroristes. Ils ont du quitté leur appartement dans la précipitation, emportant seulement avec eux un peu d'argent et un biberon pour leur fils de 18 mois.

On se sent complètement abandonnés" déplore Akésia.

Selon Didier Paillard, le maire communiste de Saint-Denis, c'est maintenant à l'Etat de prendre en charge ces familles. "Ces gens ont besoin d'être aidés, d'être mis en sécurité de façon définitive après le traumatisme qu'ils ont vécu" explique cet élu.

La préfecture a proposé de reloger une partie des familles à l'hôtel. Mais la plupart d'entre elles réclament une solution de relogement durable. La mairie de Saint-Denis veut également que tous les habitants de l'immeuble assailli soient reconnus comme des victimes du terrorisme.

Le reportage à Saint-Denis de Yann Gallic :

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.