Des données exploitables sur la première boîte noire
Des données exploitables sur la première boîte noire © Reuters

Le BEA (Bureau d'enquêtes et d'analyses) annonce avoir réussi à extraire des fichiers sonores exploitables de la première boîte noire, retrouvée mardi. Les données doivent maintenant être analysées par des enquêteurs spécialisés mais il est "trop tôt pour tirer des analyses", assure le directeur du BEA, Rémi Jouty. La deuxième boîte noire, elle, n'a pas encore été retrouvée.

Sept enquêteurs du BEA sont sur le site de l'accident depuis mardi l'après-midi. Le Bureau conduit l'enquête, avec le BFU, son homologue allemand (vol exploité par une compagnie allemande) et l'EASA espagnol, pour connaître les circonstances techniques au décollage, à Barcelone.La première boîte a été récupérée quelques heures après le crash et a été immédiatement envoyée à Paris pour être étudiée. Elle contient notamment les conversations tenues dans la cabine des pilotes pendant le vol. Le BEA a rencontré quelques difficultés mais il a finalement réussi à extraire un fichier sonore exploitable .

Mais le directeur du Bureau d'enquêtes et d'analyses, Rémi Jouty, ne veut pas précipiter les choses.

Il est trop tôt pour en tirer une conclusion mais la répartition des débris au sol ne correspond pas, a priori, à une explosion en vol

Les détails des recherches et analyses possibles, avec Catherine Duthu

La deuxième boîte noire n'a pas encore été retrouvée. Elle contient les éléments techniques du vol.

L'avion a commencé sa descente une minute après sa dernière communication avec les tours de contrôle. Les radars ont pu suivre la descente de l'appareil pendant une dizaine de minutes, presque jusqu'au moment du crash. On ne connaît toujours pas les raisons de cette chute, ni de la fin des messages avec les autorités au sol.

Hollande, Merkel et Rajoy sur le site

Le président français François Hollande, la chancelière allemande Angela Merkel et le Premier ministre espagnol Mariano Rajoy ont organisé une conférence de presse commune, à Seyne-les-Alpes, à côté des lieux du crash.

Ils ont exprimé ensemble leur émotion suite à la mort des 150 passagers de ce vol de Germanwings. "Chère Angela, cher Mariano, vous pouvez être sûrs, y compris avec l'appui que vous nous donnerez, que tout sera connu et que toute la lumière sera faite sur les circonstances de cette catastrophe", a déclaré François Hollande.

L'Espagne a décrété trois jours de deuil national. Des manifestations d'hommage ont eu lieu également en Allemagne mais aussi dans la quinzaine de pays dont les victimes sont originaires.

► ► ► LIRE AUSSI | Crash de l'A320 : ce que l'on sait

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.