Les 56 refuges de l'association de lutte pour la protection des animaux arrivent à saturation. Au moment des départs en vacances, beaucoup d'animaux sont abandonnés. Et cette année, les adoptions sont en baisse.

Les chatons sont de plus en plus sujets aux abandons
Les chatons sont de plus en plus sujets aux abandons © AFP / Jacques LOIC / Photononstop

La situation est critique pour la SPA : en plein cœur de l'été, tous les refuges de l'association, qui sont au nombre de 56, arrivent à saturation. Au moment des départs en vacances, beaucoup d'animaux sont abandonnés. Depuis 2015, les abandons de chats ont augmenté de 20%, ceux de chiens de 6%. En 2017 il y a eu 42 000 abandons, et d'après Nicolas Dumas, directeur adjoint de la SPA, le nombre sera encore plus important en 2018.

Portes ouvertes

Problème : les adoptions n'arrivent pas à suivre. Au refuge de Compiègne, par exemple, dès 8h du matin, les bénévoles, les salariés et la directrice Christelle Varlet sont déjà au refuge : "Nous avons énormément de travail ; notre gros souci ce sont les chats, parce que malheureusement beaucoup de gens ne font pas stériliser leurs femelles, les femelles font trois portées par an, à cinq ou sept par portée on est vite débordés", explique-t-elle. 

Face à l'afflux d'abandons, elle a pris la décision d'organiser des journées portes ouvertes pendant le week-end : "C'est une première cette année. On est tellement débordés. Comme les adoptions sont en baisse, on aimerait remonter la situation, parce que ces pauvres loulous n'ont rien demandé". 

Familles d'accueil provisoires

Pour que tous les animaux soient en règle et puissent facilement être adoptés, l'association reçoit la visite en urgence, et bénévole, d'un vétérinaire. "Ca s'est décidé à 8h15 pour venir à 8h30", aconte Benjamin Daboval, vétérinaire à Compiègne, qui juste après son passage au refuge doit filer au bloc opératoire pour identifier et vacciner six autres chatons avec l'espoir qu'ils soient adoptés ce weekend. 

Car pour l'heure ces chatons sont placés dans une famille d'accueil, autre moyen mis en place pour désengorger les refuges de la SPA : "Au fur et à mesure, dès qu'ils pèsent un kilo et qu'ils sont prêts à être adoptés, on les met au refuge", explique Natasha, qui héberge des chatons. "Ils partent pour qu'on ait de la place pour en prendre d'autres qui attendent". A ce rythme-là, Natasha pourra accueillir une cinquantaine de chatons. A Compiègne, une dizaine d'autres familles sont appelées par la SPA à cette période pour garder ces chatons abandonnés. 

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.