Le non remplacement des profs fait perdre 20 000 heures de cours
Le non remplacement des profs fait perdre 20 000 heures de cours ©

La première fédération de parents d'élèves FCPE, organise une deuxième journée de mobilisation pour dénoncer le manque d’enseignants remplaçants et réclamer le remplacement des profs absents. D'après la FCPE et son site Ouyapacours, plus de 20 000 journées sont déclarées perdues pour les élèves. Le ministère de l'Education nationale affirme de son côté que des efforts ont été faits.

A regarder les chiffres, la situation est meilleure. Dans les écoles, plus de 1500 postes de remplaçants avaient été supprimés sous le précédent quinquennat de Nicolas Sarkozy. Or, depuis 2013, près de 2 200 postes ont été recréés. Dans les collèges et lycées, le taux de non-remplacement a également baissé .

Un ressenti bien différent

Sur le terrain, le ressenti est très différent. Et très inégal selon les académies. Ces 2 200 créations ne suffisent pas pour la FCPE. Elle invite à relayer sur les réseaux sociaux des selfies devant les établissements où des professeurs ne sont pas remplacés, avec le hashtag, à alerter le rectorat, solliciter le soutien des élus locaux et organiser des actions.

Les selfies de la FCPE
Les selfies de la FCPE © Twitter

Les suppressions de postes entre 2007 et 2012 ont été plus fortes dans les quartiers les plus en difficultés. La Seine-Saint-Denis est un bon exemple en la matière. De plus, dans certaines villes, la démographie a beaucoup augmenté et les créations de postes arrivées depuis n'ont pas rattrapé la hausse du nombre d'élèves.

Restez patients dit le ministère!

En réalité, les effets positifs des créations de postes se feront sentir à la rentrée prochaine et plus encore à la rentrée 2017. Dès septembre prochain, il y a aura 3 200 élèves en moins et en 2017, 17 000 élèves en moins d'après les prévisions du ministère. Alors que les créations de postes seront maintenues. Profs et élèves devraient donc un peu respirer.

En primaire, 0,02 à 0,03% de journées perdues selon le ministère

La FCPE avait déjà tiré le signal d'alarme mi-février, évaluant à 6 000 le nombre de journées perdues. Le ministère de l'Education nationale estimait alors que cela représentait entre 0,02 et 0,03% de journées de classe manquées, sur 30 millions de journées de classe en primaire.

Il faut qu'on puisse remplacer de façon réactive les absences des professeurs, avait déclaré la ministre Najat Vallaud-Belkacem.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.