Un mois après la catastrophe de Brétigny, les enquêtes diligentées sont loin d'être parvenues à des conclusions.

une septième victime de l'accident de brétigny-sur-orge est décédée
une septième victime de l'accident de brétigny-sur-orge est décédée © reuters

La SNCF indique que le contrôle des voies effectué avant l’accident n’avait rien révélé.

Cependant -c'est une information France Inter- des photos prises après l'accident, montrent une trace de peinture jaune, signe qu'un précédent contrôle a pointé une anomalie. Sur l'image, il semble aussi qu'un des quatre boulons de l'éclisse manquait. La chaleur et des travaux sur une voie voisine pourraient également avoir leur part dans l'accident.

Les explications de Marion L’Hour

Trois enquêtes ont été lancées après le déraillement du Paris - Limoges le 12 juillet dernier à hauteur de Brétigny sur Orge, qui avait fait 7 morts et de nombreux blessés. Une est effectuée par la SNCF, une autre par le Ministère des Transports et une dernière est l’enquête Judiciaire.

L’éclisse et la marque jaune

bretigny
bretigny © Radio France

Une piste est cependant privilégiée : l'éclisse, sorte d'agrafe métallique tenant ensemble deux rails, serait en cause. La SNCF assure que le dernier contrôle visuel effectué à cet endroit le 4 juillet n'a rien révélé de suspect.

Cependant, selon les informations recueillies par France Inter, des photos prises après l'accident montrent une marque à la peinture jaune, signe qu'un précédent contrôle a pointé une anomalie.

Sur l'image, il semble aussi qu'un des quatre boulons de l'éclisse manquait.

La chaleur et des travaux sur une voie voisine pourraient également avoir leur part dans l'accident.

Une information judiciaire est par ailleurs ouverte pour homicide et blessures involontaires.

Sous le choc

Un mois après, les victimes sont toujours sous le choc.

Le reportage d’Arnaud Souque avec des passagers , encore très marqués par ce qu'ils ont vécu :

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.