Donald Trump annonce ce jeudi soir sa décision sur l'accord de Paris sur le climat. De nombreuses entreprises mettent la pression pour qu'il ne renie pas le texte signé en 2015.

Les Etats-Unis de Trump vont-ils se retirer de l'accord de Paris sur le climat ?
Les Etats-Unis de Trump vont-ils se retirer de l'accord de Paris sur le climat ? © AFP / Joël SAGET

Une sortie de l'accord isolerait les Etats-Unis du reste du monde, aux cotés seulement du Nicaragua et de la Syrie, qui n'ont pas ratifié l'accord en 2015. D'où une décision à la fois attendue et redoutée.

Traduction : j'annoncerai ma décision sur l'Accord de Paris jeudi à 15 heures (NDLR : 21 h heure de Paris). A la Maison Blanche, dans la roseraie. Rendre à l'Amérique sa grandeur !

De nombreux médias américains ont affirmé mercredi que selon l'entourage de Donald Trump lui-même, il comptait se retirer de l'Accord, comme il l'a promis lors de sa campagne électorale.

► ECOUTER | Les explications de Frédéric Carbonne sur une sortie des Etats-Unis de l'accord de Paris

Même Exxon Mobil monte au créneau

Exxon Mobil Corp. et de nombreuses multinationales américaines exhortent Trump de rester dans l'accord, affirmant que cela permettra aux Etats-Unis de préserver leur influence lors de négociations futures.

Elon Musk, le patron de Tesla, Tim Cook, celui d'Apple, ou encore Darren Woods, le PDG du géant pétrolier Exxon se sont prononcés pour le maintien dans l'accord.

Le PDG d'Exxon Mobil Darren Woods a écrit à Donald Trump le 9 mai dernier :

En restant dans l'Accord de Paris, les Etats-Unis conserveront un siège à la table des négociations pour s'assurer que toutes les énergies et technologies seront traitées équitablement dans une économie ouverte, transparente et compétitive.

Elon Musk, le patron de Tesla motors et SpaceX, est l'un des plus mobilisés :

Traduction : j'ignore comment cela va tourner, mais j'ai fait tout ce que j'ai pu pour conseiller directement au Président de rester dans l'accord, en passant par son entourage à la Maison Blanche et ses conseillers.

Selon la presse américaine, l'entrepreneur menace même de quitter le groupe de conseillers économiques auquel il a accepté d'appartenir à la demande de Donald Trump. Critiqué par de nombreux opposants à Trump, Musk avait justifié son appartenance à ce groupe de conseillers en estimant qu'il était important pour lui de partticiper aux débats économiques de l'intérieur. Il avait d'ailleurs notamment utilisé sa position pour protester contre le décrêt anti-immigration de Trump à l'encontre des ressortissants à majorité musulmane. Mais aujourd'hui, en fonction de la décision de Trump sur le climat, Elon Musk pourrait donc quitter ce groupe.

Parmi les raisons pour lesquelles ces multinationales mettent la pression, c'est que l'Amérique n'est pas une île. Elle doit rester compétitive face au reste du monde. Or, le monde entier est en train de se mettre aux technologies propres, à la voiture propre (y compris en Chine).

Si l'Amérique et les compagnies pétrolières américaines veulent rester à niveau et si elles veulent rester compétitives dans ce monde qui veut réduire ses émissions de C02, l'industrie américaine doit suivre le mouvement et se mettre aux technologies bas carbone.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.