Et vous, vous êtes nomophobe ?
Et vous, vous êtes nomophobe ? © Gabriel Péreira

Nomophobe, ça vient de "no mobile phobia", autrement dit la peur de ne plus avoir de portable. Un virus qui, contrairement à ce qu'on pense, ne frappe pas que les ados. Pierre-Olivier Labbé a tenté de lutter contre sa dépendance... en coupant tout. Si vous vérifiez toujours votre niveau de batterie, que vous êtes sans cesse à guetter les barres de réception, que vous ne pouvez pas vous empêcher de guetter SMS, mails, messages en tous genres et ce, plusieurs dizaines de fois par jour...

Si vous avez des sueurs froides à l'idée de perdre votre téléphone, que votre conjoint(e) s'en plaint, et SURTOUT si l'idée de l'éteindre ne serait-ce qu'une journée vous parait impensable...

Alors vous êtes peut-être "nomophobe" , comme Pierre-Olivier Labbé.

"Ce qu'on a l'habitude de faire en quelques clics, ça prend deux plombes"

Mais ce n'est pas une fatalité : cet accro aux écrans a tenté une expérience qui aboutira à un documentaire sur Canal+. Il a abandonné son smartphone pendant trois mois, mais aussi tout ordinateur ou tablette. Le résultat l'a étonné.

Écoutez le reportage de Sandrine Oudin

Les premiers jours sont un peu difficiles (surtout après le retour à Paris) : il faut réapprendre à faire de façon lente et laborieuse certaines choses qu'on a pris l'habitude de gérer en quelques clics. "Faire un virement bancaire, ça veut dire traverser la ville, aller à son agence, remplir des bordereaux papier, c'est juste pénible ..."

Pourtant, la colonne des points positifs se remplit petit à petit au fil de l'expérience.

Je me suis mis à lire, déjà. J'avais totalement perdu l'habitude de relire des bouquins . Les temps que je passais à dégainer mon téléphone, c'est des temps qu'on s'accorde à soi. C'est hyper agréable.

Pierre-Olivier a finalement récupéré son smartphone, mais s'en sert différemment. Pire : il lui arrive même de le laisser éteint."J'ai appris à prendre mon temps, et surtout à reperdre mon temps" .

Michael Stora, psychologue, était l'invité du journal de 13h pour évoquer l'usage excessif du portable et ce que cela implique.

Pour lui, il s'agit moins d'une addiction au portable que d'une addiction à la communication

Le documentaire de Pierre-Olivier Labbé sera diffusé le 25 février sur Canal +.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.