Le gouvernement souhaite créer 12 000 places d'hébergement d'ici à la fin 2016, selon "Le Figaro", qui s’est procuré un "relevé de conclusions" du ministère de l'Intérieur.

En 2015, la France a reconduit près de 10.500 migrants à ses frontières, dont des demandeurs d'asile éligibles au statut de réfugiés.
En 2015, la France a reconduit près de 10.500 migrants à ses frontières, dont des demandeurs d'asile éligibles au statut de réfugiés. © Maxppp / WOSTOK PRESS/MAXPPP

Selon le quotidienLe Figaro, le ministère de l'Intérieur a expliqué son intention "d'accueillir les migrants de Calais et de la plaque parisienne". Le document précise que "le schéma de mobilisation de places d'hébergement sur l'ensemble du territoire a été validé". Le gouvernement aurait comme objectif la création "d'ici à la fin de l'année 2016" de plus de 12 000 places dans des Centres d'accueil et d'orientation (CAO). Ces centres avaient été créés en 2015 pour accueillir les hommes et les femmes qui vivaient en trop grand nombre dans la "Jungle" de Calais.

Toujours selon ce document, il manque aujourd’hui "8 200" nouvelles places compte-tenu de l'existant. Le ministre de l'Intérieur avait évoqué des chiffres inférieurs lors d'une visite précédente à Calais au début du mois de septembre. L'objectif était alors de créer 5 000 places supplémentaires fin septembre.

Le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve a promis de fermer la « jungle » de Calais.
Le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve a promis de fermer la « jungle » de Calais. © Visactu

Bernard Cazeneuve avait aussi évoqué l'engagement de l’État pour "la création, d'ici à la fin de l'année, de 2 000 nouvelles places en CAO" afin de "procéder au démantèlement dans les meilleurs délais et dans des conditions dignes" du camp de Calais. D’après Le Figaro, "il a été décidé d'écarter dans la répartition les régions Île-de-France, particulièrement tendue sur la question de l'hébergement, et la Corse".

Sur le reste du territoire, la répartition sera faite sur "critère démographique pondéré par les efforts faits par chaque région". A titre d’exemple le quotidien évoque 1 800 places à la région Auvergne-Rhône-Alpes, 1 500 à la Nouvelle Aquitaine. Mais "la liste devra être remontée sans que soit au préalable recherché l'accord avec des élus locaux", d’après ce document. La capacité de ces centres devra être d'"au moins 100 personnes et 300 maximum", et "les orientations devraient commencer à la mi-octobre", poursuit la note. Une date qui correspond à celle de l'ouverture du centre de transit pour migrants prévu à Paris.

Le ministère de l'Intérieur a de son côté souligné que "la plupart des migrants actuellement à Calais relèvent effectivement de l'asile en France".

POUR ALLER PLUS LOIN ►

Calais, désarroi sans frontière

Record de population battu cet été dans la jungle de Calais... Que faire ?

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.