L'organisme Action Logement, ex-1% logement, a annoncé ce jeudi un vaste plan de 9 milliards d'euros, comme une réponse à la crise des gilets jaunes et aux nombreuses revendications autour du pouvoir d'achat. Car le logement est l'une des dépenses contraintes les plus importantes.

Les 10 % les plus modestes consacrent 42 % de leurs revenus au logement d'après l'observatoire des inégalités.
Les 10 % les plus modestes consacrent 42 % de leurs revenus au logement d'après l'observatoire des inégalités. © AFP / STEPHANE DE SAKUTIN

Il s'agit d'un plan d'investissement conséquent pour aider les salariés modestes à mieux se loger, explique Action Logement, organe de participation des employeurs à l'effort de construction, et qui gère une partie du parc social français. Ces 9 milliards d'euros s'ajouteront aux 15 milliards déjà budgétés dans le cadre de la convention quinquennale signée par les partenaires sociaux.

L'objectif est notamment d'accélérer la construction. La hausse est conséquente puisque seront versés 2 milliards de plus que prévu, un effort particulier à destination des Outre-mer et pour lutter contre l'habitat indigne. L’organisme souhaite aussi accélérer la démolition-reconstruction de certains grands ensembles. Autre sujet central : la rénovation énergétique des bâtiments

Les ménages éligibles bénéficieront d'une enveloppe de 20 000 euros d'aides pour ces travaux, mais il faudra tout de même avancer l'argent. Une nouvelle aide au rapprochement domicile-travail est proposée pour ceux qui habitent à plus de 30 kilomètres de leur entreprise, avec une prime de déménagement de 1 000 euros. Enfin, une aide aux travaux d'accessibilité de salle de bain de 5 000 euros par ménage est allouée, pour les personnes âgées et les handicapés.

Tout cela, sans un centime de participation de l'État, puisque le financement est à 100% pris en charge par le monde de l'entreprise. Une initiative qui est une réponse concrète, précise Action Logement au contexte de "crise inédite que traverse la France".

Le gouvernement a suivi son élaboration, mais ne l'a pas impulsé, assurent les représentants d'Action Logement. Ce plan de 9 milliards s'étale sur plusieurs années et sera financé par emprunt, grâce à un apport-levier de 3 milliards d'euros. Les mesures comme la transformation de bureaux en logements, figurent déjà dans le récent projet de loi Elan.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.