Pour le magazine Marianne, l’institut de sondage a demandé à 2.000 Français s'ils cautionnaient ou non le port de certains vêtements au lycée, comme le "crop-top", le "haut avec décolleté plongeant" ou un "haut sans soutien-gorge au travers duquel la pointe de ses tétons est visible". Les réactions outrées fusent.

Le sondage pose la question suivante : "Souhaitez-vous que les lycées publics autorisent ou interdisent aux filles le port des vêtements suivants dans l'enceinte de leur établissement ?"
Le sondage pose la question suivante : "Souhaitez-vous que les lycées publics autorisent ou interdisent aux filles le port des vêtements suivants dans l'enceinte de leur établissement ?" © Capture d'écran

C'est un sondage qui a du mal à passer. Une enquête Ifop, pour l'hebdomadaire Marianne, qui porte sur l' "autorisation de divers types de vêtements féminins pour les filles dans les lycées publics". Le sondage a été publié dans le sillage du débat sur les règles vestimentaires à l'école, qui a enflammé Twitter et aussi donné lieu à des propos très commentés du ministre de l'Éducation Jean-Michel Blanquer. 

L'enquête Ifop pose la question suivante : "Souhaitez-vous que les lycées publics autorisent ou interdisent aux filles le port des vêtements suivants dans l'enceinte de leur établissement ?" Les 2.000 Français interrogés devaient donner leur avis sur quatre types de tenues : le "no bra" (un "haut sans soutien-gorge au travers duquel la pointe de ses tétons est visible"), un "haut avec décolleté plongeant", le "crop-top" ("tee-shirt laissant apparaître le nombril"), et enfin un tee-shirt ou débardeur "laissant apparaître les bretelles du soutien-gorge". Chaque item est accompagné d'un dessin caricatural d'une poitrine plantureuse plus ou moins couverte.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Indignation de députés

Le sondage fait vivement réagir sur Twitter, jusque dans la sphère politique. Le chef de file des députés La France Insoumise Jean-Luc Mélenchon dénonce des "sondages propagande pour la dictature des puritains". Le député Mounir Mahjoubi, ancien secrétaire d'État chargé du numérique, a lui déploré "le piège de l'hypersexualisation et la réification du corps des femmes". La députée européenne Aurore Lalucq parle elle, avec ironie, d'un "beau sondage qui fait vraiment du bien à notre pays". Le Parti communiste dit avoir "hâte d'avoir le même sondage sur les dessous masculins qu'il faut pour aller à l'école." Quant à Yaël Braun-Pivet, députée La République en Marche et présidente de la Commission des Lois de l'Assemblée nationale, elle répond à l'enquête en affirmant que "100% des femmes souhaitent qu'on leur fiche la paix"

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Ségolène Royal parle elle d'un questionnaire "affligeant de bêtise et de sexisme", accompagné de dessins "réduisant les jeunes filles à leurs seins et leur jupe et réduisant les jeunes hommes au voyeurisme"

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

"Foutre la paix aux lycéennes"

La dessinatrice Pénélope Bagieu a également rebondi sur le sondage dans un tweet très relayé, pressant de "foutre la paix aux lycéennes". Le Collectif national pour les droits des femmes juge, tout en citant l'enquête, que "le contrôle du corps des filles et des femmes a encore de beaux jours devant lui." La militante féministe Caroline De Haas épingle, dans un message là aussi très partagé, une enquête "à gerber""rien ne va"

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

À la suite de ces réactions vives, l'Ifop a répondu mardi dans la soirée sur Twitter par le biais d'un communiqué. "L'objectif du sondage était de mesurer le soutien des Français a un mouvement social", se justifie notamment l'institut. "Réaliser un sondage sur le thème 'la tenue des lycéennes' nous est apparu à la fois pertinent, car correspondant au cœur des revendications du mouvement, et conforme aux termes du débat public en cours."

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix