Voici les réactions des politiques et des syndicats à la proposition du Premier ministre Edouard Philippe de retirer l'âge-pivot de 64 ans du projet de loi sur la réforme des retraites, tout en conservant le principe d'un âge d'équilibre.

Edouard Philippe
Edouard Philippe © AFP / STEPHANE DE SAKUTIN

Le gouvernement est "disposé à retirer" provisoirement l'âge-pivot de 64 ans du projet de loi sur la réforme des retraites tout en conservant le principe d'un âge d'équilibre, a indiqué le Premier ministre Edouard Philippe dans un courrier adressé samedi aux organisations syndicales et patronales.  "Pour démontrer ma confiance envers les partenaires sociaux, et ne pas préjuger de l'issue de leurs travaux concernant les mesures à prendre pour atteindre l'équilibre en 2027, je suis disposé à retirer du projet de loi la mesure de court terme que j'avais proposée, consistant à converger progressivement à partir de 2022 vers un âge d'équilibre de 64 ans en 2027", a écrit le chef du gouvernement dans sa lettre, au 38e jour de la mobilisation contre cette réforme.

Durant la manifestation, le leader de la CGT, Philippe Martinez, interrogé avant la publication de cette annonce estimait que  "l'âge pivot est un leurre" qui "ne change rien à notre opposition à la réforme"

CFDT : Un retrait "salué" et la "poursuite des discussions"

La CFDT a salué la proposition du Premier ministre Edouard Philippe. Le syndicat "salue le retrait de l’âge pivot du projet de loi, retrait qui marque la volonté de compromis du gouvernement", dans un communiqué. "Dans cet esprit, la CFDT va poursuivre les discussions dans le cadre proposé pour répondre aux interrogations qui demeurent sur le futur régime universel."

UNSA : "Une bonne chose"

"Le retrait de l'âge pivot est une bonne chose qui permet de discuter sereinement de l'équilibre", a abondé le secrétaire général de l'Unsa, Laurent Escure. 

"Cela va permettre d'avancer sur le reste de la réforme, pour obtenir des compensations, des garanties, des avancées", a-t-il déclaré. 

FO : "L’âge d’équilibre "sera intrinsèque à terme au régime unique"

"La lettre d'Edouard Philippe confirme exactement l’analyse de Force ouvrière", a estimé le numéro un de FO, Yves Veyrier, sur Twitter.  Pour lui, cette annonce est le fruit de la mobilisation, mais l’âge d’équilibre "sera intrinsèque à terme au régime unique de retraites par points et la tutelle de l’Etat est affirmée y compris en interdisant de négocier la hausse des cotisations".

PS : "Un retrait provisoire pour une réforme définitive"

Sur Twitter, Olivier Faure (PS) a écrit : "on nous demande de voter une réforme définitive en échange d'un retrait provisoire de l'âge-Pivot. Pas de réforme possible sans financement, ni simulations sur les situations individuelles. C'est tout le projet de loi qui doit être retiré dans l'attente d'une vraie négociation et d'une vraie évaluation".

LREM : "Une victoire du dialogue social"

" Non ce n'est pas une reculade, c'est une victoire du dialogue social", s'est félicité ce samedi sur France Info Jean-François Cesarini, député LREM du Vaucluse. 

Aurore Bergé, la députée LREM, estime sur Twitter que c'est la preuve que "le dialogue social, ça marche !" Elle voit là "un bon compromis qui consacre un régime universel plus juste et porteur de progrès social, une conférence de financement pour garantir l'équilibre dès 2027, une loi votée à l'été qui garantit justice sociale et esprit de responsabilité". 

Sacha Houlié, député LREM: "Le Gouvernement propose les modalités de la conférence de financement et le retrait de l'âge pivot de l'avant projet de loi ! C'est une avancée majeure pour réussir ensemble la juste et nécessaire réforme des retraites !".

Liberté et territoire : "Une bonne nouvelle"

Dans un communiqué Mathieu Orphelin, député Liberté et territoire, proche de Nicolas Hulot se dit rassuré: "L'annonce du retrait provisoire de l'âge-pivot du projet de loi retraites est une bonne nouvelle et était l'une de nos principales demandes. Nous continuerons à porter des solutions de financement plus justes, à l'occasion de la conférence de financement et du débat parlementaire. L'engagement du gouvernement d'une meilleure prise en compte de la pénibilité est également à noter et nous serons très vigilants à ce qu'il se concrétise." 

LR : "Un retrait provisoire, je ne sais pas ce que ça veut dire"

Moins convaincu, "Je ne comprends plus du tout ce qu'est cette réforme des retraites. Je ne sais pas où le gouvernement veut aller", a réagi le sénateur LR des Hauts-de-Seine Roger Karouchi. Pour Roger Karouchi, cette annonce du Premier ministre n'est pas "de l'amateurisme. Je dirais que c'est au jour le jour avec des décisions opportunistes en fonction des manifestations, des grèves". Il rappelle que l'âge pivot, "on n'en parlait pas en 2017, en 2018, et au début 2019. On a commencé à en parler à l'été 2019. Le Président et le gouvernement n'étaient pas d'accord. Le Premier ministre affirmait que sans âge pivot, il n'y avait pas d'équilibre financier de la réforme des retraites." Ce samedi, "on arrive à la subtilité, retirer provisoirement. Je ne sais pas ce que cela veut dire."

LFI : "le gouvernement pourrait-il provisoirement arrêter de nous prendre pour des imbéciles"

Pour Adrien Quatennens (député La France insoumise),l'annonce ne fait pas l'effet escompté : "Le gouvernement pourrait provisoirement arrêter de nous prendre pour des imbéciles ! Il retire provisoirement la cerise de l'âge-pivot. Pas dupes, restons mobilisés jusqu'au retrait définitif de son gâteau ! La retraite par points, c'est travailler plus pour gagner moins" a-t-il écrit sur Twitter. 

Les Patriotes: "Personne ne sera satisfait de ça"

Même tonalité chez Florian Philippot (Les Patriotes), également sur Twitter : "Mis à part les chefs à plume de la CFDT, personne ne sera satisfait de ça. Juste une entourloupe. Le problème majeur de ce texte est le point, et la prise en compte de toute la carrière !" 

RN : "faire passer la pilule d'une réforme qui précarisera des millions de retraités"

Marine Le Pen pour le RN  a déclaré sur Twitter : "J'avais donc raison. L'âge pivot n'existait que pour pouvoir être retiré et faire passer la pilule d'une réforme qui précarisera des millions de retraités. Cette manipulation était cousue de fil blanc!" 

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.