Le 1er juillet, Ahmet Ogras, proche du pouvoir turc, prend la présidence du CFCM, jusque-là présidé surtout par des pro-marocains ou des pro-algériens. Qui est-il ?

Ahmet Ogras, proche de l'AKP d'Erdogan, devrait prendre la présidence du Conseil français du culte musulman le 1er juillet
Ahmet Ogras, proche de l'AKP d'Erdogan, devrait prendre la présidence du Conseil français du culte musulman le 1er juillet © AFP / Joël Saget

Du politique au théologique

Ahmet Ogras s’apprête à prendre la tête du Conseil français du culte musulman (CFCM). Pourtant, celui qui se définit comme le “Macron des musulmans” et qui dirige une agence de voyage (qui dessert notamment la Turquie) n’a jamais dirigé de lieu de culte. Il n'a d'ailleurs aucune expérience dans le domaine. Bernard Godard, qui a participé en 2003 à la mise en place du CFCM, dit de lui :

Sa légitimité théologique est nulle, mais tout le monde s’en fiche

Son parcours politique, en revanche, est notable. En 2000, il participe à la fondation de l’Union des démocrates turcs européens (UDTE), que l’AKP d’Erdogan a parrainé. Pendant 12 ans, il en dirigera la branche française. C’est cette même UDTE qui, après le putsch manqué de juillet 2016, a été l’instigatrice en Allemagne de réunions pro-Erdogan.

En 2012, il est catapulté à la tête du Comité des musulmans turcs de France (CCMTF). Cette même année, il soutient les manifestations franco-turques organisées contre la loi qui pénalise la négation du génocide arménien.

►ÉCOUTER | "Même si ça déplait, c'est comme ça" : le portrait de Ahmet Ogras par Julie Pietri

Un proche d’Erdogan

Le profil d’Ahmet Ogras surprend moins par son peu d'expérience dans le domaine théologique, ou son goût pour la politique, que lorsque l’on se penche sur ses relations. Sa belle-famille est proche d’Erdogan, à commencer par sa femme qui n’est autre que la cousine du président : des relations, qui posent forcément question.

Instauré par Nicolas Sarkozy en 2003, le CFCM est une instance à haut potentiel politique en France. Ahmet Ogras président, à quoi peut-on s’attendre ? La Turquie aura-t-elle voix au chapitre, sur les sujets touchant l’islam de France ? Abdallah Zekri, secrétaire général du CFCM, avait tenté de s’opposer à l'accession d’Ahmet Ogras à la présidence :

En ce qui me concerne, je ne souhaite pas être sous les ordres de la Turquie

Des accusations que le principal intéressé continue de récuser :

On n’a pas reproché à Dalil Boubakeur ses liens avec l’Algérie ou à d’autres leurs liens avec le Maroc

Depuis 2013 et pour apaiser les tensions entre les différentes fédérations musulmanes de France, le CFCM a une présidence tournante. Ahmet Ogras succédera le 1er juillet à Anouar Kbibech.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.