C'est un bout de papier qui vient d'un ministère,

Un document daté du 5 août 2010

Qui montre qu'aujourd'hui, au pays de Clovis,

On doit chasser les Roms – ça n'est pas un mystère.

C'est écrit noir sur blanc : avec autorité, Il faut les expulser. Direction Bucarest. Brûler les campements, ne pas lâcher du lest, Il s'agit d'une question de sécurité. C'est vrai qu'ils sont brigands. Il nous volent nos poules, Mangent nos hérissons. On connaît leur traîtrise Quand ils tendent la main ou lavent nos pare-brise. Ils nous font peur, c'est sûr. Ils nous fichent les boules. On aime le chrome et les romans d'amour. On aime aussi Romy Schneider. Mais pas les Roms, les Roms tout court. Qu'ils aillent au diable... Vauvert. C'est chez Brice Hortefeux qu'est née la circulaire Rédigée par son directeur de cabinet. Depuis, tout le monde a sorti le martinet Car il est hors la loi, cet affreux formulaire. On distingue une ethnie. En fait on discrimine. On agite la crainte et l'on crée le dégoût. Ce texte a franchement le parfum des égouts. Il réduit des humains au statut de vermine. « Comme pendant la guerre' », font remarquer certains, Se souvenant du triste et glauque vélodrome. « Désormais, lancent-ils, on rafle donc les Roms ! » Mais non, voyons, cessez, de jouer les puritains. On aime le chrome et les romans d'amour. On aime aussi Romy Schneider. Mais pas les Roms, les Roms tout court. Qu'ils aillent au diable... Vauvert. De la gauche à l'ONU, en passant par Bruxelles, La colère est montée et même au Vatican Le pape s'est ému qu'on attise un volcan Que l'on croyait éteint. Jusqu'à cette étincelle De notre président, fin juillet à Grenoble. Discours ultra droitier : la nationalité, Les mauvais étrangers, la criminalité. Des déclarations qui prophétisaient l'ignoble. Car depuis, on a vu, le travail des pelleteuses. Les images sont choc : on rase des abris. Et « c'est abominable », a dit Martine Aubry, Viviane évoquant « une attitude honteuse ». On aime le chrome et les romans d'amour. On aime aussi Romy Schneider. Mais pas les Roms, les Roms tout court. Qu'ils aillent au diable... Vauvert. Viviane Reding, c'est donc la commissaire Chargée de la justice au niveau de l'Union. Elle a dit le mot « honte » et c'est une opinion Partagée par beaucoup, même ses adversaires. Elle a, c'est inédit, fait part de son mépris Et au gouvernement, bien sûr on s'est crispé. Pierre Lellouche a lancé qu'elle avait dérapé. D'autres ont expliqué qu'elle n'avait rien compris. Reste qu'elle va lancer une procédure dure. D'ici la fin du mois, elle veut faire dare dare Condamner cet Etat qui traite les Bulgares Et autres Roumains Roms, telles' de simples ordures. On aime le chrome et les romans d'amour. On aime aussi Romy Schneider. Mais pas les Roms, les Roms tout court. Qu'ils aillent au diable... Vauvert. Lundi, la circulaire a été abrogée, Remplacée par une autre qui dit tout pareil. Excepté quelques mots, ça diffère à l'oreille Mais quand on lit vraiment, l'esprit n'a pas changé. Puis ensuite Viviane a dit, et sans détour Qu'elle regrettait la mauvaise interprétation De ses propos. « Tant pis. Moi j'ai la solution ! Les Roms, on peut les mettre tous au Luxembourg. » Comme quoi, on peut rire en évoquant les Roms. C'est notre Nicolas qui s'est ainsi gaussé. L'image du pays s'en trouve cabossée. En France, on ne sait plus se tenir droit... de l'homme. On aime le chrome et les romans d'amour. On aime aussi Romy Schneider. Mais pas les Roms, les Roms tout court. Qu'ils aillent au diable... Vauvert. Chronique ("La poésie du jeudi")du 16/09/10 dans le "5/7 boulevard")

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.