Alain Finkielkraut
Alain Finkielkraut © Radio France / Christophe Abramowitz
**Le philosophe de 64 ans a été élu ce jeudi à l'Académie française, dès le premier tour, malgré la controverse suscitée par sa candidature.** Alain Finkielkraut devient donc immortel. Le médiatique philosophe, habitué des plateaux de télé et des studios de radio (il anime l'émission "Répliques" sur France Culture), a obtenu 16 voix sur 28 pour prendre le fauteuil de l'écrivain Félicien Marceau, disparu en 2012. Son élection dès le premier tour semblait pourtant loin d'être acquise d'avance. La candidature d'Alain Finkielkraut, polmémiste qualifié de "réactionnaire" par ses détracteurs, avait déclenché un vif débat au sein de l'Académie, certains membres la jugeant "trop clivante". D'autres, en revanche, comme Pierre Nora, Max Gallo ou encore Hélène Carrère d'Encausse, voyaient en lui "un profil idéal", "un intellectuel incontournable". ### "Fier et heureux d'être membre de cette institution anachronique" Né le 30 juin 1949 à Paris dans une famille juive d'origine polonaise, l'auteur de "La Défaite de la pensée" (1987) est agrégé de lettres et professeur de philosophie. Il s'est fait connaître du grand public en 1977 avec "Le Nouveau désordre amoureux", co-écrit avec Pascal Bruckner. Interrogé par Le Point ce jeudi, le philosophe s'est dit "fier et heureux d'être membre de cette institution anachronique". Cinq autres candidats avaient postulé pour entrer à l'Académie française : Gérard de Cortanze, Alexis Antois, Yves-Denis Delaporte, Robert Spitzhacke et Athanase Vantchev de Thracy. En octobre dernier, [Alain Finkielkraut était l'invité du 7/9 de Patrick Cohen](http://www.franceinter.fr/emission-le-79-alain-finkielkraut-la-france-connait-une-crise-de-lintegration-puissante) sur France Inter pour parler, entre autres, de son dernier ouvrage, "L"Identité malheureuse" (éditions Stock) :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.