Plus de 41 000 cas d'infection à la rougeole ont été recensés par l'Organisation mondiale de la santé en Europe sur les six premiers mois de l'année 2018. Un nombre de contaminations plus élevé en six mois que lors de n'importe laquelle des dix années précédentes.

Pour être efficace, le vaccin de la rougeole doit avoir été administré à 95 % de la population, en deux doses.
Pour être efficace, le vaccin de la rougeole doit avoir été administré à 95 % de la population, en deux doses. © AFP / GARO/Phanie

Va-t-on vers une épidémie de rougeole ? L'OMS alerte ce lundi d'une progression du nombre de cas d'infection en Europe et pointe notamment la France, la Géorgie, la Grèce, l'Italie, la Russie, la Serbie et l'Ukraine où le seuil du millier de cas a été dépassé en 2018.

Sur les six premiers mois de l'année, plus de 41 000 signalements de cas de rougeole chez des adultes et des enfants ont été recensés en Europe. Un nombre supérieur à celui enregistré annuellement les dix dernières années.

Taux de couverture vaccinale insuffisant en France

La rougeole, extrêmement contagieuse, nécessite une couverture vaccinale forte pour ne pas se propager. Pour être efficace, le vaccin de la rougeole doit avoir été administré à 95 % de la population, en deux doses. En France, on recensait en 2010 une couverture vaccinale à deux doses pour 60 % de la population, un taux qui tend à atteindre les 90 % en 2016 dans sept départements seulement, les autres se trouvant toujours sous les 85 % selon l'Institut de veille sanitaire.

Selon le Professeur Floret, membre du comité technique de la vaccination au sein du Haut Conseil à la santé, la propagation de la rougeole touche principalement des enfants de plus de 15 ans et des adultes parce qu'il subsiste dans les pays européens un "réservoir" de porteurs du virus qui le transmettent par contact. Bien protégés car vaccinés, les enfants les plus jeunes sont à l'abri.

Mais avec nos modes de vie où les déplacements sont plus fréquents, la contamination peut être un peu plus forte, ce qui peut expliquer cette hausse du nombre de cas.

Un aspect notable : les chiffres de l'OMS démontrent une explosion du nombre de cas en Grèce, dont l'explication pourrait, du moins c'est l'hypothèse du professeur Floret, provenir de la situation économique en Grèce ces huit dernières années, incitant la population à moins prendre soin de sa santé pour raisons financières.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.