Alexandre Grothendieck en séminaire à l'IHES dans les années 60
Alexandre Grothendieck en séminaire à l'IHES dans les années 60 © IHES

Ce mathématicien est mort à l'âge de 86 ans en Ariège où il s'était retiré il y a des années. Cet homme, apatride, naturalisé français avait obtenu la médaille Fields en 1966. Depuis, il vivait retiré du monde.

Il se retire dans le village de Lasserre dans les années 90, brouillé avec ses voisins, brouillé avec sa famille, il vit coupé du monde.

Pourtant, les plus grandes universités rêvent de l'accueillir depuis toujours. En 1966, Alexandre Grothendieck reçoit la prestigieuse médaille Fields qu'il refuse. Lui, qui veut rester dans l'ombre, a été repéré 20 ans auparavant en 1944 à Montpellier.

Le mythe est en marche

Etudiant d'origine allemande, il résout en seulement quelques mois une liste de 14 problèmes mathématiques restés sans réponse. Le mythe est en marche. Mais Grothendieck est un esprit révolté. En 1968 il devient le chantre de l'écologie politique à l'image des faucheurs d'OGM qu'on connaît aujourd'hui. Mais il continue à faire des mathématiques par obsession. Dans les années 90, avant de se retirer dans les Pyrénées, il va confier 20.000 pages de notes à un ami 20.000 pages de calculs aujourd'hui rangées dans des cartons à l'université de Montpellier. Un trésor auquel personne n'a osé toucher pour l'instant.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.