Hollande s'est rendu en Algérie en juin dernier.
Hollande s'est rendu en Algérie en juin dernier. © MaxPPP

Le président de la République mécontente les représentants de la communauté harkis ainsi que l'extrême droite en commémorant pour la première fois, ce samedi, le cessez-le-feu décrété le 19 mars 1962 en Algérie au lendemain de la signature des accords d'Evian.

Pour certains anciens combattants et pour les associations pieds-noirs, le 19 mars symbolise le début de l'exil vers la France et le massacre de civils et des harkis, les combattants algériens ayant servi aux côtés de l’armée française.

"Pour qu'une commémoration soit commune, il faut que la date célébrée soit acceptée par tous. Or, chacun sait qu'il n'en est rien, le 19 mars reste au cœur d'un débat douloureux" a écrit Nicolas Sarkozy dans une tribune publiée ce vendredi dans le Figaro.

Mitterrand, refusa de reconnaître cette date

Sarkozy souligne que l'ex-président socialiste François Mitterrand, qui fut ministre de l’Intérieur et à cette époque opposé à l’indépendance de l’Algérie, "refusa catégoriquement de reconnaître cette date pour commémorer la fin de la guerre d'Algérie".

De son côté Christian Estrosi, le maire de Nice et président de la région Paca qui compte une très forte communauté pied-noir, a dénoncé "une provocation à l'encontre de l'ensemble de la communauté rapatriée et des harkis".

Pour Marine Le Pen, présidente du FN, le chef de l'Etat est accusé d’avoir "violer la mémoire" des anciens combattants et harkis.

Le compromis" pour instaurer la paix des mémoires"

Jacques Chirac avait choisi une date neutre, le 5 décembre 2002, pour inaugurer un monument célébrant la mémoire des victimes de la guerre d'Algérie. Cette date servait aussi à la célébration en hommage aux combattants en Tunisie et au Maroc.

François Hollande prononcera un discours à 16h30 devant ce mémorial construit quai Branly au pied de la Tour Eiffel. Le président va tenter "le compromis" pour instaurer "la paix des mémoires" sur ce conflit algérien qui ne cesse d’exacerber les passions.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.