Un rapport remis ce mercredi matin à la ministre des transports, Elisabeth Borne, propose d’indemniser les salariés qui viennent au travail à vélo. La raison : leurs bonnes habitudes de déplacement au quotidien sont profitables à la Sécurité Sociale.

Aller au travail en vélo réduit les dépenses de la Sécu, notamment en faisant reculer le taux d'accidents cardiaques
Aller au travail en vélo réduit les dépenses de la Sécu, notamment en faisant reculer le taux d'accidents cardiaques © AFP / CAIA IMAGE / SCIENCE PHOTO LIBRARY / NEW / Science Photo Library

Dans les faits, il existe déjà une prime pour les salariés qui viennent au travail en vélo. Mais aujourd'hui, cette indemnité n'est versée que si l'employeur le décide. La rendre obligatoire pourrait pourtant faire économiser 29 millions d'euros par an à la Sécurité Sociale. 

Indemniser le salarié qui vient en vélo, c'est encourager cette pratique avec des résultats déjà constatés : dans les entreprises qui l'ont déjà mis en place, l'indemnité kilométrique a permis de doubler la pratique en moins d'un an, soit de passer de 3% à 6% de part modale.  Or, pédaler pour venir au travail, permet aussi d'être en meilleure santé.

C'est tout l'objet du rapport remis ce mercredi à la ministre des Transports Elisabeth Borne : 

Matthieu Orphelin est député La République en Marche, et co-auteur du rapport : il l'assure, les salariés cyclistes présentent 15% d'arrêts maladie de moins que les salariés non cyclistes. Pour une indemnité vélo évaluée entre 20 et 35 euros par mois, on perd une soixantaine d'euros de cotisation sociales, mais on économise le double en coûts de santé.

C'est rentable, sans compter tous les à-côtés : si les salariés lâchent leur voiture pour le vélo, ça fait moins de pollution, moins de bruit et moins d'accident. Et ça aussi, ça fait faire des économies à la Sécurité Sociale : la généralisation de l'indemnité kilométrique vélo permettrait de réduire d'une quarantaine de millions d'euros par an les externalités liées à l'usage de la voiture.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.