Trois organisations de surveillance de la qualité de l’air publient ce mardi leur rapport annuel. Elles préviennent que le réchauffement climatique va conduire à une hausse des quantités de pollens allergènes : dès l’année dernière, les concentrations de pollens ont été anormalement élevées.

Le réchauffement et la pollution, deux facteurs qui aggravent les allergies
Le réchauffement et la pollution, deux facteurs qui aggravent les allergies © AFP / Philippe Huguen

Le réchauffement climatique “va conduire à une augmentation des quantités de pollen” à caractère allergène. C’est l’alerte lancée par la fédération des Associations de surveillance de la qualité de l’air (Atmo France), le Réseau national de surveillance aérobiologique (RNSA) et l’Association des pollinariums sentinelles de France (APSF) dans leur rapport annuel conjoint publié ce mardi. 

Ces trois réseaux suivent la répartition et la dispersion de pollens et de moisissures qui peuvent provoquer des allergies. Et en 2018, ils ont noté qu’un “épisode de chaleur exceptionnel en avril a permis aux bouleaux de fleurir dans des conditions très favorables. Les quantités de ce pollen ont battu tous les records, ils ont été accompagnés par les pollens de platane et de chêne présents à la même période”.  

De plus en plus d’allergiques 

“On constate qu’il y a de plus en plus de personnes sensibles aux pollens, qui développent des pollinoses, des rhinites, de l’asthme”, note Nhân Pham-Thi, allergologue au centre médical de l’Institut Pasteur à Paris, invité du journal de 13h de France Inter ce mardi. “Et le phénomène de la pollution vient aggraver cette situation”, ajoute-t-il : “Elle agit directement sur les pollens en augmentant leur allerginicité”.  

Aujourd’hui, une personne sur quatre est sensible aux pollens, et cette proportion pourrait augmenter encore selon des prévisions de l’OMS. “Il y a chaque année de nouveaux diagnostics de gens qui n’étaient pas du tout gênés auparavant, et qui ont le nez pris, les yeux, les voies respiratoires ; et parfois ces symptômes sont sous-estimés et peuvent donner lieu à des passages aux urgences pour des crises d’asthme”, ajoute Nhân Pham-Thi. 

Des périodes de pollinisation plus longues 

Le rapport évoque par ailleurs une mise en parallèle, effectuée par l’Observatoire national sur les effets du réchauffement climatique (ONERC), entre l’évolution des quantités de pollens de bouleau et les températures moyennes : “Le réchauffement climatique et la hausse des températures conduit à une modification des dates de floraisons et de pollinisations surtout pour les espèces qui pollinisent à la fin de l’hiver et au début du printemps comme le cyprès, le frêne, le bouleau”, note l’ONERC.  

Le calendrier des allergies aux pollens
Le calendrier des allergies aux pollens © Visactu

“Dans certaines régions, la concentration de pollens peut être plus large en fonction des aléas climatiques”, confirme Nhân Pham-Thi. En effet, si pour d’autres types de pollens, comme les graminées, l’ambroisie ou les cupressacées (la grande famille des cyprès), les concentrations n’ont pas été plus importantes en 2018, le changement climatique a pu aussi avoir une influence sur la longueur de la période à risque. Ça a notamment été le cas pour la saison pollinique de l’ambroisie.  

Comment lutter ? "Si on fait un diagnostic précoce on va pouvoir anticiper, prendre des médicaments symptomatiques adaptés et éventuellement mettre en place une désensibilisation”, explique Nhân Pham-Thi. L’allergologue conseille également aux personnes allergiques de laver son nez et ses yeux à chaque fois que l’on entre et sort de chez soi. Et peut-être n'est il pas encore trop tard pour également éviter que la situation empire en luttant - aussi, et à l'échelle de chacun - pour que le dérèglement climatique ne s'aggrave pas lui aussi. 

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.