Notre président n'est sans doute pas le seul à être affecté par ce tic de langage, mais lui, visiblement, est sérieusement touché puisque cette expression est devenue le point de départ d'une bonne partie de ses démonstrations... « Alors on me dit... réformer, c'est pas important ! » « Alors on me dit... c'est compliqué, faut attendre... » « Alors on me dit... il y a eu des commissions ? Parfait. Personne n'a la moindre preuve de quoi que ce soit, personne. »

Elle est formidable, cette formule... Elle permet de faire dire tout ce qu'on veut à ce « on », qui de toute façon n'est pas là pour se défendre. Et les absents ont toujours tort, c'est bien connu, n'est-ce pas ? « Madame Chazal, je n'ai pas entendu votre réponse ! » « On » n'est pas là et puis, « on » est un con, c'est bien connu là aussi, donc on peut lui mettre dans la bouche les pires absurdités ! « Alors on me dit que la terre serait plate ! » Non, plus personne aujourd'hui ne soutient que la terre est plate... « Alors on me dit que je serais un homme bionique ! » Non, personne n'a jamais dit cela non plus... « Alors on me dit, pourquoi pas Micheline Dax à Matignon ? » Avec l’expression « alors vous allez me dire », c'est très différent. Par exemple ma voisine, hier matin, en me montrant le nouveau devis de monsieur Legrand pour la peinture de l'escalier – oui, finalement, on a pris Legrand : « Alors vous allez me dire, c'est plus cher que Di Caprio, mais Legrand, il a tout de même une sacrée réputation... » Avec « alors vous allez me dire », on devance donc la contradiction de son interlocuteur, mais on lui laisse la possibilité de rétorquer. Il peut répondre « ben non, je ne vais pas vous dire ça, Legrand c'est très bien »... Ou alors « oui, c'est vrai, Legrand, c'est pas donné »... Mais avec la formule « alors on me dit », on ne permet jamais à ce « on » de rectifier ou de préciser son point de vue... C'est d'ailleurs sans doute la principale explication de la « sarkotite » – c'est le nom que les médecins ont donné à ce tic de langage. Une petite maladie qui évoque un peu de la « De Gaullite »... « Il me semble que quelqu'un m'a posé une question tout à l'heure... », lançait le général lorsque les journalistes oubliaient de l'interroger sur un sujet lors de ses conférences de presse. A moins que la « sarkotite » ne soit à rapprocher de la « Carlate ». « C’est, quelqu'un qui m'a dit », susurrait en boucle Carla Bruni sur son premier album... Quand le chef de l'Etat use et abuse d' « alors on me dit », c'est peut-être en fait un hommage à la chanson de sa femme... Chronique (« Gimmick ») du 03.12.10 dans l’émission « Comme on nous parle ».

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.