John McAfee, le créateur américain du célèbre logiciel antivirus portant son nom, s'est suicidé mercredi dans une prison en Espagne, où un tribunal venait d'ordonner son extradition aux Etats-Unis qui l'accusent de fraude fiscale.

John McAfee, l'inventeur du logiciel anti-virus éponyme, a été retrouvé mort dans sa cellule en Espagne.
John McAfee, l'inventeur du logiciel anti-virus éponyme, a été retrouvé mort dans sa cellule en Espagne. © AFP / EyePress News

L'homme d'affaires de 75 ans a été retrouvé mort dans sa cellule d'une prison, située près de Barcelone. "Apparemment il s'est suicidé", a expliqué une porte-parole des autorités pénitentiaires de Catalogne, dans le nord-est de l'Espagne. Le tribunal venait d'ordonner son extradition aux États-Unis qui l'accusent de fraude fiscale. John McAfee avait été arrêté en octobre 2020 à l'aéroport de Barcelone, juste avant d'embarquer à bord d'un avion à destination d'Istanbul, au lendemain de la publication par un procureur américain d'un acte d'accusation le visant notamment pour avoir omis de déclarer des millions de dollars de revenus issus de la promotion de cryptomonnaies et d'activités de conseil. Il avait alors été placé en détention provisoire.

Gourou des cryptos

Selon la demande d'extradition américaine déposée en novembre, et citée dans la décision du tribunal, John McAfee a gagné plus de 10 millions d'euros entre 2014 et 2018, sans effectuer de déclaration de revenus. Les autorités américaines avaient émis un mandat d'arrêt via Interpol et il risquait de se voir infliger une peine allant jusqu'à trente ans de prison.

"Les charges retenues contre moi sont absolument ridicules. Je suis utilisé comme bouc émissaire par les États-Unis pour réprimer la crypto", estimait-il, en mars dernier, dans une publication sur Twitter.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

L'entrepreneur, qui se disait "ruiné", était devenu un grand promoteur des cryptomonnaies grâce auxquelles il affirmait gagner 2 000 dollars par jour. Il a d'ailleurs été inculpé en mars par la justice américaine pour avoir promu auprès de ses fans sur Twitter plusieurs opérations liées aux cryptomonnaies sans leur dire qu'il allait probablement en retirer de coquettes sommes.

L'informatique, la drogue et les "filles"

Après une enfance quelque peu chaotique - avec un père alcoolique qui, lorsque McAfee avait 15 ans, s'est tué par balle - John McAfee obtient un doctorat en mathématiques. Il commence sa carrière à la Nasa, entre 1968 et 1970, avant de travailler dans plusieurs entreprises informatiques. Puis, en 1987, il fonde la société McAfee, qui devient un géant des logiciels antivirus. Logiciel qu'il dénigrera par la suite, une fois vendu à Intel en 2010. Il avait même publié une vidéo sur Youtube pour expliquer aux utilisateurs comment le désinstaller. 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Immergé dans l'univers de la "tech", John McAfee se plonge également dans les paradis artificiels. "La plupart de mes patrons se droguaient aussi. J'étais dans la tech après tout... Nous étions à la pointe de la technologie et à la pointe des expérimentations personnelles", avait-il dit, selon la BBC. Il assurait ne plus avoir touché à la drogue et à l'alcool depuis 1984. Sur son blog, "WhoIsMcafee", il prétendait que les rumeurs dans les médias sur sa consommation et sa production de drogues, comme le "bath salts", provenaient en fait de "canulars", orchestrés par lui-même pour piéger les journalistes.

Sur Twitter, John McAfee se définissait comme "iconoclaste, amoureux des femmes, de l'aventure et du mystère". En janvier 2013, sur son blog, il entreprend une étrange série de portraits des "filles" qui l'entouraient "à plein temps" ou qui "allaient et venaient". Un "noyau de sept" femmes qui semblaient constituer un véritable "harem" autour de John McAfee : "J'ai encouragé toutes les filles à sortir ensemble et à devenir amies quand c'était possible. Il était plus aisé de garder un œil sur les actions de chacun si les autres observaient, ou bien si une camaraderie encourageait le partage de secrets intimes. Toutes les filles me confiaient les secrets des autres filles", écrit-il.

Un millionnaire en cavale

À la fin des années 2000, il s'est établi au Belize, un petit État d'Amérique centrale, où il a ouvert un laboratoire de recherche pour antibiotiques naturels. Soupçonnant qu'il s'agissait d'une couverture pour développer de la drogue, la police locale organise un raid à son domicile et trouve l'Américain dormant avec une jeune fille de 17 ans. Elle découvre aussi 20 000 dollars en liquide, plusieurs armes et munitions. McAfee, lui, dit avoir été "torturé" par les agents qui auraient également empoisonné quatre de ses chiens.

Son voisin est ensuite retrouvé tué d'une balle dans la tête et John McAfee est soupçonné de son meurtre, d'autant que la victime venait de porter plainte contre lui pour un conflit au sujet de ses très nombreux chiens, selon le blog spécialisé dans les nouvelles technologies Gizmodo.com, qui avait révélé l’affaire.

Il se lance alors dans une cavale rocambolesque. Sur son blog "WhoIsMcAfee", il tenait à jour les rebondissements de sa fuite, expliquant par exemple comment il avait réussi à échapper à la police : "J'ai coloré ma barbe et mes cheveux en gris clair. J'ai soigneusement assombri la peau de mon visage, de mon cou et de mes mains avec du cirage à chaussures et j'ai mis une casquette de baseball. J’ai bourré mes joues de chewing-gum pour que ma tête paraisse plus grosse, je me suis noirci les dents et je me suis enfoncé un tampon dans la narine afin que mon nez ait un aspect tordu et dégoûtant." 

"Complot" et ambitions politiques

Après une tentative de fuite au Guatemala, il est expulsé vers les États-Unis, où il est condamné au civil à une amende de 25 millions de dollars pour l'assassinat de son voisin. Selon McAfee, il était innocent et tout ça serait un complot des autorités du Belize contre lui, sur fond de corruption, disait-il, interrogé sur la chaine CNBC et sur son blog

En février 2015, il avait accordé une interview à USA Today dans laquelle il se disait menacé de mort. Il avait affirmé avoir reçu une mystérieuse boîte qui contenait selon lui "des explosifs". "Nous sommes prêts à mener notre dernier combat. Je ne suis plus en fuite. Et je n’ai plus peur. Je suis en colère", avait-il lancé. "Je suis complètement préparé à défendre mon territoire. J’ai une équipe de sécurité, des armes et des pitbulls. Je suis à Lexington. Voilà où vous pouvez me trouver", concluait-il.

Cette même année, il avait été arrêté aux Etats-Unis pour conduite sous l'emprise de stupéfiants, en possession d'une arme. En janvier 2019, il fuit son pays débutant sa cavale sur son yacht, se disant "pourchassé par la CIA". Il atterrit à Cuba où il annonce - après une première tentative en 2016 aux primaires du Parti Libertaire - briguer la présidence des Etats-Unis. Il finit par se faire arrêter en octobre 2020 à l'aéroport de Barcelone, juste avant d'embarquer à bord d'un avion à destination d'Istanbul.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix