Une nouvelle version de l'application StopCovid, avec un nouveau nom, a été mise en ligne jeudi. Tour d'horizon des quelques changements opérés à cet outil de lutte contre la propagation du coronavirus.

Une photo de la nouvelle application TousAntiCovid, qui remplace StopCovid
Une photo de la nouvelle application TousAntiCovid, qui remplace StopCovid © Maxppp / EPA/YOAN VALAT

Emmanuel Macron avait promis un changement de cap pour StopCovid. Une nouvelle version de l'application de traçage des cas contacts est donc en cours de déploiement depuis jeudi, sous le nom "TousAntiCovid", comme a pu le constater France Inter sur les magasins d'application Apple et Google. "Ça n'a pas marché", avait reconnu le chef de l'État lors de son interview télévisée du 14 octobre dernier expliquant avoir demandé aux équipes de "reconfigurer les choses" pour faire apparaître plus "d'informations" sur la circulation du virus ou les points pour se faire tester. 

En effet, les chiffres de téléchargements et d'utilisation de l'application, depuis sa première mise en ligne le 2 juin, étaient décevants, notamment par rapport à ceux de nos voisins européens. Elle a été téléchargée et activée 2.800.000 fois, près de 14.000 personnes se sont déclarées positives et 845 personnes ont été notifiées. "Je vous invite tous à la télécharger, comme je l’ai fait moi-même", a invité Jean Castex, le Premier ministre, jeudi après-midi, quelques semaines après avoir reconnu, sur le plateau de France 2, ne pas avoir téléchargé la précédente appli, StopCovid. "Nous avons besoin, dans la durée, que plusieurs millions de Français téléchargent l'application", a confirmé Cédric O, secrétaire d'État au Numérique. "Les britanniques et les allemands sont entre 15 et 20 millions à l'avoir fait. Pas de raison que ce ne soit pas la même chose chez nous." 

Un nouvel écran d'accueil, et des informations actualisées

Techniquement, il ne s'agit d'abord pas d'une nouvelle application mais d'une simple mise à jour. Si vous avez déjà installé la première version, il suffit de l'actualiser. De plus, techniquement, l'envers du décor reste basé sur le même principe, notamment sur la détection des contacts, avec le protocole Robert et l'usage d'une technologie "souveraine", indépendante de Google et Apple. Elle n'est donc toujours pas compatible avec les autres applications européennes. 

Dans le style, l'application n'a pas beaucoup changé par rapport à StopCovid. Seule modification significative, l'organisation de l'interface : finis les onglets, TousAntiCovid prend désormais la forme d'une seul écran à faire défiler, avec différents blocs. Celui pour activer ou désactiver le Bluetooth (et la communication de l'identifiant du smartphone aux autres appareils), un autre pour alerter ou non si l'on a été exposé à une personne positive, puis de quoi se déclarer positif ou partager l'application.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

La promesse du chef de l'État est en tout cas respectée : un bloc d'informations a été ajouté donnant accès aux dernières actualités sur l'épidémie (restrictions selon les territoires, protocole dans les restaurants, les déplacements en France). Des notifications (alertes pushs) pourraient être envoyées en cas de nouvelles infos disponibles.

De plus, une section chiffres permet de connaître les données clés de l'épidémie (nouveaux cas, nombre de cas pour 100.000 habitants, occupations de lits de réanimation) au niveau national, dans un premier temps, puis bientôt à l'échelle locale. Mais aussi les chiffres de l'application (nombre d'utilisateurs, de déclarations de positivités et de notifications). Cela permet de montrer que l'application est utilisée et utile

Pas de carnet de rappel numérique pour les restaurants

En revanche, TousAntiCovid n'intègre pas directement (pour le moment) de générateur d'attestations de déplacements intégré. Elle renvoie simplement vers le formulaire du ministère de l'Intérieur. De même, l'application renvoie vers des sites gouvernementaux comme la carte des laboratoires (DepistageCovid) et un site de conseils sur les précautions à prendre (MesConseilsCovid).

Si un système de carnet de rappel numérique pour les restaurants avait été évoqué ces dernières semaines, via un système de QR Code à scanner à l'entrée des établissements, il n'est pour l'instant pas non plus intégré à TousAntiCovid. Sur ce point, des  actualisations, évolutions voire nouvelles fonctions pourraient toutefois être ajoutées régulièrement, tous les 15 jours, a promis le secrétaire d'État Cédric O jeudi.

Dans la soirée jeudi, le téléchargement de la nouvelle version de l'application rencontrait des difficultés d'activation, après téléchargement, d'après un tweet du ce même ministre. 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix