Le maire d'une commune du Var va-t-il devoir quitter l’UMP ? Un bureau politique du parti en décidera mercredi prochain mais dès maintenant l'élu est suspendu par la fédération du Var après ses propos sur les Roms. Il avait dit regretter, après un incendie, que les pompiers soient arrivés trop tôt.

luc jousse
luc jousse © Maxppp / Philippe Arnassan

Lors d’une réunion publique dans sa commune de Roquebrune-sur-Argens, dans le Var, le 12 novembre dernier, Luc Jousse s’est livré à de violents propos contre les Roms.

Comme le révèle le site Médiapart, à la suite d'un incendie qui s'était déclaré dans un camp, l’élu avait dit regretter que les pompiers aient été appelés trop tôt. Il aurait même déclaré : "Il faut brûler les Roms".

L’UMP, par la voie du président du groupe à l’Assemblée, Christian Jacob, a condamné ces propos "avec la plus grande fermeté". Une réunion du bureau politique se tiendra mercredi prochain, le 11 décembre, pour statuer sur le cas de Luc Jousse, mais dès jeudi l'élu a été suspendu "à titre conservatoire" par la fédération départementale du Var."Ce sont des propos inacceptables, choquants et qui justifient une sanction", pour Christian Jacob.

Le député UMP Thierry Mariani, lui, ne veut pas juger Luc Jousse trop vite. Il existe des circonstances atténuantes.

Du côté du Parti socialiste, la condamnation est unanime. Le Front national de son côté appelle l'UMP à l'action.

Le numéro 2 du FN, Florian Philippot, est monté au créneau ce matin sur France Info.

"Une blague un peu salace"

Luc Jousse dénonce, lui, un "procès d'intention" de son opposition. Le maire de la commune de 13.000 habitants parle d’une "blague un peu salace" qu'il dit n'être pas de lui. Il aurait simplement répété cette "phrase humoristique" lors d'une réunion publique. Luc Jousse se dit "gaulliste social". Et rappelle qu’il avait fait alliance avac la gauche lors des municipales en 2008. L’élu est candidat à un 3e mandat en mars prochain. Reste à savoir si cela sera avec l’appui de l’UMP.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.