La diffusion du documentaire choc sur deux accusations de pédophilie de la star a créé un séisme aux États-Unis et dans le monde. Il est diffusé ce jeudi soir en France sur M6. En réaction, des radios et des marques ont décidé de se passer du "King of Pop".

Michael Jackson lors de son procès en 2005
Michael Jackson lors de son procès en 2005 © AFP / Justin Sullivan / Getty Images North America

Sa musique bannie d'antenne

Au Canada, plusieurs radios du groupe Cogeco (1er groupe de radios privées au Québec) ont décidé de boycotter la star. Les antennes très populaires de CKOI, Rythme FM et The Beat sont ainsi concernées.

La porte-parole de Cogeco, Christine Dicaire justifie cette décision :

Nous sommes attentifs aux commentaires de nos auditeurs, et le documentaire a suscité des réactions. Nous préférons réagir à la situation en retirant les chansons des ondes de nos stations pour le moment.

En Australie et en Nouvelle-Zélande, des stations de radio ont également rayé Jackson de leur play-list. En sera-t-il de même en France ?  France Inter, par exemple, continue pour l'instant à diffuser le Roi de la Pop.

Les Simpson retirent un épisode avec Jackson

Après la diffusion du documentaire aux États-Unis début mars, les producteurs des Simpson ont retiré un épisode de la troisième saison de la série animée dans lequel Michael Jackson avait prêté sa voix à l'un des personnages. L'épisode avait été diffusé pour la première fois en 1991. On y voit un Homer Simpson interné dans un hôpital psychiatrique.

"Cela s'impose comme la seule décision possible", a déclaré le producteur historique de la série des Simpson, James Brooks, au Wall Street Journal.

La décision a été prise d'un commun accord avec les deux co-créateurs Matt Groening et Al Jean.

Il disparaît aussi de la collection Louis Vuitton 

La marque de vêtements et accessoires de luxe Louis Vuitton a décidé d'effacer les références au Roi de la Pop dans sa collection automne-hiver hommes qui avait été présentée courant janvier. La marque a fait savoir qu'elle ne commercialiserait aucun produit "qui comporte des références directes à Michael Jackson".

La collection dessinée par Virgil Abloh était dédiée au chanteur de "Thriller". En guise d'invitation, le designer, premier Afro-Américain à diriger la création d'une grande maison de luxe française, avait envoyé un gant couvert de cristaux comme ceux du Roi de la Pop.

Virgil Abloh avait même écrit un long hommage au chanteur, "icône de son enfance et sa vie d'adulte", un garçon qui a "grandi dans des quartiers pauvres de l'Indiana, et qui est devenu le symbole de l'unité planétaire".

"Je suis conscient qu'à la lumière du documentaire, le défilé provoque des réactions émotionnelles", a affirmé le designer.

Les bus de Londres font disparaître des affiches

Après la diffusion du documentaire Leaving Neverland sur Channel 4 ce mois-ci, une campagne de crowdfunding a permis de rassembler 20 000£. Des organisations de fans ont fait placarder des affiches sur les cotés des bus londoniens soutenant Michael Jackson. 

Devant le scandale que ces affiches ont provoqué, la compagnie de bus a annoncé le retrait des affiches.

Des fans portent plainte, la famille Jackson aussi

A rebours de ces sanctions, trois associations de fans français ont assigné devant le tribunal d'instance d'Orléans les deux témoins du documentaire, les accusant d'"atteinte à la mémoire d'un mort".

Les associations Michael Jackson Community, MJ Street et On the line, "cherchent à discréditer les accusations de pédophilie. Ce qu'elles veulent, c'est une condamnation de principe", affirme à l'AFP Me Emmanuel Ludot. L'avocat a assigné Robson Wade et James Safechuck, devant le tribunal d'instance d'Orléans le 4 juillet à 09H00.

En février 2014, l'avocat avait fait condamner par un juge d'Orléans le docteur Murray, médecin de la pop star, à un euro de dommages et intérêts au profit de ses clients, des fans victimes d'un "préjudice d'affection".

De son coté, les ayants droit de Michael Jackson ont engagé des poursuites contre la chaîne HBO, qui a produit le documentaire.

La plainte de 53 pages, déposée auprès d'un tribunal de Los Angeles, accuse notamment HBO de violer un accord de "non-dénigrement" qu'elle aurait signé en 1992, du vivant du Roi de la Pop, et réclame jusqu'à 100 millions de dollars de dommages et intérêts.

La chaîne a tout de même diffusé le documentaire.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.