Les profils recherchés montent en qualité avec une demande accrue de physionomiste capable de repérer anonymement dans une foule
Les profils recherchés montent en qualité avec une demande accrue de physionomiste capable de repérer anonymement dans une foule © MaxPPP

Les attentats de vendredi ont créé un appel d'air sans précédent pour des demandes d'agents de sécurité affectés à des entreprises qui n'étaient jusqu'ici pas systématiquement concernés : cafés, restaurant, théâtres. Si des renforts sont prévus, ils ne suffisent pas encore pour absorber la demande.

Les sociétés de sécurités et les entreprises d'événementiel mettent en place depuis ce week-end des moyens de sécurités renforcés, des renforts d'effectifs sur toutes les manifestations à venir avec un manque de professionnels annoncés pour les mois qui viennent dans le secteur de la sécurité.

Il y aura forcément une montée en puissance des profils dans les entreprises de gardiennage qui va devoir s’opérer puisque ce sont eux que nous recruteront

La sécurité des grands salons étaient déjà particulièrement élevée : elle devient désormais un enjeu central pour l’accueil du public depuis les attentats de ce week-end. "La petit différence, c’est qu’auparavant, nous faisions de la sécurité et il ne fallait pas que cela se voit. Aujourd’hui c’est l’inverse : il faut que le visiteur voie qu’il entre dans un lieu sécurisé. Il y aura donc forcément une montée en puissance des profils dans les entreprises de gardiennage qui va devoir s’opérer puisque ce sont eux que nous, mandant, recruteront", souligne Renaud Hamaide directeur Général de Comex Posium organisateur entre autre du Salon de l'Agriculture et de la Foire de Paris.

Les 170.000 agents de sécurité insuffisants

Les profils recherchés montent en qualité avec une demande accrue de physionomiste capable de repérer anonymement dans une foule les individus suspects. La mission du simple vigile est donc aujourd'hui reconsidérée et les 170.000 agents de sécurité ne sont plus suffisants pour répondre à la demande.

De très grandes sociétés de sécurité sont en train de dire à leurs clients qu’ils ne peuvent à cette heure pas y faire face

"Nous manquons déjà de vigiles et d’agents de sécurité et cela n’ira pas en s’améliorant. En trois jours, nous avons une hausse de 15% des demandes et j’entends que de très grandes sociétés de sécurité sont en train de dire à leurs clients qu’ils ne peuvent à cette heure pas y faire face ", explique Stéphanie Bergouignan, directrice générale déléguée de l'agence de sécurité Uniprotect. Actuellement, les 140 heures de formation et la nécessaire enquête de moralité sont les seuls freins à l’embauche dans les jours qui viennent, précisent les professionnels du secteur qui prévoient d'embaucher 15.0000 agents de sécurité avant cet été.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.