La France va prendre en charge 60 migrants, parmi les 141 arrivés à Malte mercredi à bord de l'Aquarius, et 114 autres venus à bord d'un autre bateau. Les entretiens avec les agents de l'Ofpra, débutent ce jeudi, pour déterminer si les migrants peuvent se voir accorder le statut de réfugiés.

Les 141 migrants secourus par l'Aquarius sont arrivés à Malte mercredi
Les 141 migrants secourus par l'Aquarius sont arrivés à Malte mercredi © Maxppp / Domenic Aquilina

Après cinq jours en mer, les 141 migrants sauvés au large des côtes libyennes par l'équipage de l'Aquarius sont arrivés au port maltais de La Valette ce mercredi après-midi. 

La France va accueillir 60 personnes, parmi les migrants de l'Aquarius et 114 autres arrivés lundi à bord d'un bateau de patrouille maltais.  L'Espagne en prendra en charge 60, l'Allemagne, 50, le Portugal, 30, et le Luxembourg, cinq. Les autres resteront à Malte. 

Ce travail de répartition est entre les mains de l'Ofpra, l'office français de protection des réfugiés et apatrides, et de ses homologues européens. Une dizaine d'officiers de cette organisme arrivent ce jeudi à Malte, pour entamer les entretiens avec les migrants. 

Ces entretiens durent une heure, une heure trente en moyenne, jusqu'à quatre heures si nécessaire.  Autour de la table, un officier de protection de l'Ofpra, un interprète et un migrant, qui souhaite venir en France. La personne raconte son parcours, ses craintes, pourquoi elle a fui son pays. L'idée est de permettre aux migrants de se confier, mais aussi de vérifier que leur histoire est bien réelle. "Ce sont le plus souvent des personnes qui ont fui le Soudan, l'Erythrée ou la Somalie. Elles sont marquées très durement par ce qui se passait dans leur pays d'origine, mais aussi par leur passage en Libye, et par l'errance, sur ce navire humanitaire", explique Pascal Brice, le directeur de l'Ofpra.

51 sec

"Ce sont des personnes qui arrivent marquées très durement par leur parcours" - Pascal Brice, directeur général de l'OFPRA

Par Camille Revel

Les personnes sélectionnées pour obtenir l'asile en France sont éligible au statut de réfugié tel qu'il est définit par le droit international : c'est-à-dire qu'elles fuient des persécutions, ou un conflit. Ensuite, charge à l'Etat français d'organiser l'arrivée de ces 60 réfugiés sur le territoire - c'est l'affaire de quelques jours précise l'Ofpra. Une fois sur place, ils se rendent en préfecture, et obtiennent un titre de séjour valable pour dix ans en France.

C'est la cinquième mission de ce type que mène l'Ofpra depuis le mois de juin, conçue, explique Pascal Brice, dans une "volonté d'illustrer les dispositifs de solidarité européens". L'Aquarius, lui "a bien sûr l'intention et l'obligation de reprendre la mer au plus vite, au large des côtes libyennes", assure Verena Papke, représentante en Allemagne de l'ONG SOS Méditerranée. 

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.