les états-généraux sur la pma repoussés à l'année prochaine
les états-généraux sur la pma repoussés à l'année prochaine © reuters

Une proposition de loi Famille a été présentée la semaine dernière, l'occasion de reparler de PMA ou de GPA... Ce matin Irène Théry, sociologue de la famille, rend public un rapport commandé en octobre par l'ex-ministre de la famille. Un rapport explosif.

C'est un gros document de 300 pages, avec des propositions concrètes : des droits pour les beaux-parents, la régularisation des enfants français nés par GPA à l'étranger, l'ouverture de la PMA aux couples de femmes, mais aussi l'accès à leurs origines pour les enfants nés sous X, ou nés d'un père donneur de sperme anonyme.

► ► ► DOCUMENT | Lire l'intégralité du rapport "Filiation, origines, parentalité" (PDF)

Une possibilité qui serait ouverte sous conditions, à partir de 18 ans. Environ 70.000 enfants sont concernés, dont Arthur, 30 ans, conçu par PMA avec un don de sperme anonyme, et porte-parole de l'association "Procréation médicalement anonyme" pendant sept ans. Il se bat aujourd'hui pour avoir des informations sur son "géniteur"... Et pour l'instant, aux yeux de la loi, c'est impossible.

Il raconte son combat au micro de France Inter

L'Elysée a donné son feu vert à la publication de ce fameux rapport, en prenant soin de préciser que son contenu n'engageait que ses auteurs. Et que le gouvernement ne reprendrait pas ces propositions. Une décision qui suscite des interrogations, car ce rapport remet sous le feu des projecteurs des sujets très sensibles.

Un retour par la petite porte qui fait évidemment bondir les opposants, Laetitia Saavedra

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.