Depuis avril 2018, les enseignants et directeurs d'établissements scolaires peuvent signaler via internet les atteintes à la laïcité constatées en milieu scolaire. Sur le milliers de cas signalés, 400 ont nécessité une action des équipes du ministère de l'Éducation nationale.

La devise Liberté Égalité Fraternité sur une école française
La devise Liberté Égalité Fraternité sur une école française © Maxppp / Denis Sollier

Refus d'un jeune garçon de s’asseoir à côté d'une fille, dispense abusive de cours de sport, contestation des enseignements scientifiques ou artistiques... En tout, un millier de cas d'atteintes à la laïcité ont été signalés entre avril et juin derniers dans les établissements scolaires, a annoncé ce jeudi le ministère de l'Éducation nationale, lors du séminaire national des coordonnateurs des équipes "laïcité et fait religieux".

Les cas ont des degrés de gravité divers. 402 d'entre eux ont été traités par les équipes "laïcité et fait religieux" du ministère, implantées dans chacune des académies du territoire. Ils surviennent surtout dans les zones urbaines : 70% des cas sont concentrés dans 10 académies. Pour les cas les plus difficiles, les référents "laïcité et fait religieux" interviennent eux-mêmes.

Le référent de l'Académie Aix-Marseille raconte ainsi le cas d'un père tchétchène arrivé récemment en France (au micro de Sonia Bourhan). 

"Il n'acceptait pas que sa fille soit assise en classe à côté d'un garçon. L'équipe au départ ne sait pas comment réagir, l'enseignante est en difficulté. Nous avons donc préparé l'équipe à répondre à ça. C'est quinze jours de travail avant que l'entretien ait lieu. On a accompagné la directrice, on lui a donné des traducteurs, des éléments de discours, on l'a accompagnée d'un homme - parce qu'il faut aussi qu'il y ait cette présence là, et la discussion s'est très bien passée. Le papa a accepté la réponse parce qu'on lui a donné un cadre qui protège sa conscience tout en l'obligeant à respecter les valeurs de la République." 

C'est un fait qui a surpris les équipes du ministère de l'Éducation nationale : 36% des signalements proviennent des écoles primaires, où le phénomène semble s'accentuer, comme l'a précisé le ministre Jean-Michel Blanquer : 

"S'agissant d'enfants qui sont petits, on ne peut pas dire que ce soient eux les auteurs d'atteintes aux principes de la laïcité mais ils sont révélateurs d'un contexte de pression contre la laïcité"

"Aucun personnel de l'Éducation nationale ne doit se sentir seul ou en situation de faiblesse par rapport à un phénomène d'atteinte à la laïcité", a martelé le ministre. Des personnels qui peuvent donc à présent, en plus de consulter la charte de la laïcité à l'école, saisir les référents laïcité de leur académie qui sont en général des inspecteurs, des chefs d'établissements ou des professeurs.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.